Où il est question du politique dans ce que faire de la politique dit de lui. Et de nous.

  • 2010 vu par...

    1 h 32 min
  • ×fermer

    2010 vu par...

    1 h 32 min - 2010

    Thomas Cantaloube (journaliste à Mediapart), Jérôme Bouvier (le médiateur de Radio France), Lionel Charrier (photographe) et Emmanuel Laurentin (producteur de La Fabrique de l’Histoire sur France Culture). Retour sur ce qui fit "événement" – et sur pourquoi il le fit – à l’occasion des troisièmes Immédiatiques dans le cadre du huitième festival Longueur d’ondes (Brest) des 2-5 décembre 2010.


  • Allaitement maternel : une question de santé publique ou de mode de vie ?

    1 h 05
  • ×fermer

    Allaitement maternel : une question de santé publique ou de mode de vie ?

    1h 05 - 2013

    Contrairement à la croyance commune, l’allaitement n’a rien d’instinctif, il nécessite d’être appris, par l’imitation notamment. La société actuelle tend à imposer le biberon, par un matraquage marketing autour de produits comme le lait de croissance et de pratiques alternatives à l’allaitement, plus avantageuses à l’industrie de l’agroalimentaire. De fait, l’allaitement maternel ne se transmet plus, d’autant que nombre de nouveaux facteurs inhérents à notre mode de vie sont venus interférer dans cette pratique.

    À l’occasion des Lundis de la santé, Gisèle Gremmo-Feger, pédiatre au pôle femme-mère-enfant du CHRU de Brest, fait le point sur l’histoire de l’allaitement maternel et sur les principaux tabous qui sous-tendent le rejet de cette pratique.


  • Anne Brunel

    3 min 13
  • ×fermer

    Anne Brunel

    3 min 13 - 2013

    Anne Brunel, même si elle n’est pas très sûre de son âge, est incollable sur la radio numérique, et pour cause, elle est chargée de programmes Nouveaux médias à Radio France. C’est donc tout naturellement qu’Oufipo, webradio de son état, lui a tendu son micro.


  • Arlette Chabot : l’entretien politique

    1 h 14
  • ×fermer

    Arlette Chabot : l’entretien politique

    1 h 14 - 2013

    La politique, elle connaît, un peu, beaucoup... Pour une fois, la journaliste Arlette Chabot ne pose pas les questions. Invitée du 10e festival Longueur d’ondes, face à un vibrionnant Guillaume Erner, elle s’est rangée dans le camp des questionnés pour nous mener dans les coulisses du journalisme politique.


  • Aumônier de prison : Pierre et les clés de la réinsertion

    10 min 36
  • ×fermer

    Aumônier de prison : Pierre et les clés de la réinsertion

    10 min 36 - 2014

    Pierre Blanc est aumônier catholique à la Maison d’Arrêt de Brest. Alors que les conditions de vie en prison sont difficiles, son rôle est d’apporter un soutien spirituel aux détenus. Il les accompagne dans une démarche chrétienne et humaine. Le jugement n’étant pas le bienvenu, l’aumônier s’applique à l’échange et à l’expression de la parole et de la foi. C’est aussi une autre façon d’aborder la réinsertion et le vivre ensemble. Le témoignage sincère d’un homme qui avoue avoir beaucoup appris de cette expérience et en avoir tiré "une plus grande tendresse pour l’humanité".


  • Benjamin Bayart : Comprendre un monde qui change. Internet et ses enjeux.

    1 h 44
  • ×fermer

    Benjamin Bayart : Comprendre un monde qui change. Internet et ses enjeux.

    1 h 44 - 2013

    Benjamin Bayart n’aime pas qu’on lui digitalise la tête. Si par contre vous lui donnez un micro, ce passionné d’informatique ne rechigne pas à exposer sa vision du monde et d’internet. Il a été pendant 16 ans, le président de French Data Network, le premier fournisseur d’accès français, associatif qui plus est.

    Internaute convaincu, Benjamin Bayart voit en internet le renouveau de la démocratie et un bon moyen de former des citoyens. Car pour lui, internet n’est autre que le moyen dont l’homme s’est doté pour évoluer. A quand un Homo Informaticus ?

    Conférence du 5 octobre 2013 à l’occasion du forum Brest en biens communs.


  • Bruno Fortier : Le projet du plateau des Capucins

    32 min
  • ×fermer

    Bruno Fortier : Le projet du plateau des Capucins

    32 min - 2011

    Depuis quelques temps déjà la rumeur grandissait : le plateau des Capucins allait être démilitarisé au profit de la Ville de Brest. Le 25 janvier 2011, Brest Métropole Océane en devenait officiellement propriétaire et le cabinet d’architectes parisien de Bruno Fortier était sélectionné par la communauté urbaine de Brest pour y aménager un nouveau quartier sur un terrain d’une douzaine d’hectares. Le projet, central dans la ville (géographiquement comme économiquement), ne pouvait que faire débat, notamment quant aux partis pris architecturaux et aux infrastructures retenues. Lors de cette conférence, donnée le 19 novembre 2011 au Mac Orlan (dans le cadre du Prix Bretagne Architecture 2011), l’architecte Bruno Fortier évoque l’avancée du projet et explique les raisons des décisions esthétiques et pratiques engagées. Entre partisans du patrimoine et amateurs d’une modernité exacerbée...


  • Christian Chesnot

    3 fois plus ou moins 20 minutes
  • ×fermer

    Christian Chesnot

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Christian Chesnot est journaliste à France Inter. Spécialiste du Moyen-Orient, il arpente depuis vingt ans ces territoires, de la Jordanie au Qatar, en passant par le Liban ou l’Irak (où il fut pris en otage en 2004, en compagnie de son collègue Georges Malbrunot).

    Christian Chesnot a pour principe premier la présence nécessaire et irremplaçable du journaliste sur le terrain. Aucun article, aucune enquête ne serait être aussi pertinente que lorsque son auteur a lui même éprouvé – sur place – la complexité de la situation.

    Il revient dans cet entretien sur ses débuts au Maghreb, sa passion pour le Moyen-Orient et le métier de journaliste ainsi que sur son quotidien d’otage durant les quatre mois qu’a duré sa détention.

    Chirurgien de l’information

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Christian Chesnot est journaliste à France Inter. Spécialiste du Moyen-Orient, il arpente depuis vingt ans ces territoires, de la Jordanie au Qatar, en passant par le Liban ou l’Irak (où il fut pris en otage en 2004, en compagnie de son collègue Georges Malbrunot).

    Christian Chesnot a pour principe premier la présence nécessaire et irremplaçable du journaliste sur le terrain. Aucun article, aucune enquête ne serait être aussi pertinente que lorsque son auteur a lui même éprouvé – sur place – la complexité de la situation.

    Il revient dans cet entretien sur ses débuts au Maghreb, sa passion pour le Moyen-Orient et le métier de journaliste ainsi que sur son quotidien d’otage durant les quatre mois qu’a duré sa détention.

    Routine de la captivité

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Christian Chesnot est journaliste à France Inter. Spécialiste du Moyen-Orient, il arpente depuis vingt ans ces territoires, de la Jordanie au Qatar, en passant par le Liban ou l’Irak (où il fut pris en otage en 2004, en compagnie de son collègue Georges Malbrunot).

    Christian Chesnot a pour principe premier la présence nécessaire et irremplaçable du journaliste sur le terrain. Aucun article, aucune enquête ne serait être aussi pertinente que lorsque son auteur a lui même éprouvé – sur place – la complexité de la situation.

    Il revient dans cet entretien sur ses débuts au Maghreb, sa passion pour le Moyen-Orient et le métier de journaliste ainsi que sur son quotidien d’otage durant les quatre mois qu’a duré sa détention.

    Une analyse du Moyen-Orient

  • Clarisse Herrenschmidt : La généalogie de l’Internet

    59 min 19
  • ×fermer

    Clarisse Herrenschmidt : La généalogie de l’Internet

    59 min 19 - 2012

    Les signes sont nés du désir des hommes de se doter d’outils par lesquels ils se reconnaissent et se disent. L’histoire des signes a connu trois grands bouleversements, dont le dernier nous est contemporain. Après l’invention de l’écriture et de la monnaie frappée, sont arrivés les ordinateurs, machines capables de coder « l’inécrivable » : les images et les sons.

    Nous leur avons légué la tâche de traiter les textes, les nombres, le visuel et l’acoustique : de la matière si diverse que le concept de signes se dilue au point de ne plus être définissable…ou presque. Pour en savoir plus, laissez-vous guider par Clarisse Herrenschmidt, linguiste, archéologue et historienne (CNRS), à l’occasion de sa conférence du 11 juillet 2012 au 5e Forum des Usages Coopératifs.


  • Clémence Ducroix et Agnès Mirambet-Paris : Paquebot France

    1 h 31 min
  • ×fermer

    Clémence Ducroix et Agnès Mirambet-Paris : Paquebot France

    1 h 31 min – 2012

    1974. Le dernier transatlantique français, fierté nationale depuis son baptême en 1960 sous les yeux du Général et les bons auspices de sa marraine Yvonne, abaisse son pavillon tricolore et rentre tranquillement au port pour un désarmement avant vente et changement de nom. Les rendez-vous maritimes de ce 26 janvier 2012, organisés par le Service historique de la défense, reviennent sur cette épopée nautique en compagnie de Clémence Ducroix, responsable du patrimoine de l’association French Lines, et Agnès Mirambet-Paris, conservateur du Musée national de la Marine et commissaire de l’exposition « Paquebot France » à la Bibliothèque d’étude de Brest.


  • Daniel Mermet : La voix des autres

    1 h 36
  • ×fermer

    Daniel Mermet : La voix des autres

    1 h 36 - 2014

    Lors du 10e festival Longueur d’ondes, on avait pu entendre cette blague : « Ça fait 10 ans qu’on appelle Mermet pour l’inviter au festival, mais à chaque fois on tombe sur son répondeur ! »... La 11e aura été la bonne, puisque Daniel Mermet était bel et bien présent dans le petit théâtre du Quartz à Brest un certain samedi soir de février 2014, devant un public sans doute mi-conquis mi-sceptique.

    L’homme est un pilier de la radio, mais – ou peut-être à cause de cela – il ne fait pas consensus. Extrémiste social, caricature de gauchiste pour les uns, militant humaniste et défenseur des acquis sociaux pour les autres, le producteur de l’inaltérable émission Là-bas si j’y suis sur France Inter ne laisse assurément personne indifférent.

    Il revenait en compagnie d’Olivia Gesbert, ancienne reporter à Là-bas, sur cette émission culte, dont il s’est servi autant comme d’un espace de création documentaire que comme d’un outil d’éducation populaire. En une heure et demi il prouve en tout cas qu’il est un formidable (ra)conteur et un personnage sûrement plus complexe qu’il n’y paraît.


  • Denise Vuillon : La belle verte

    22 min 12
  • ×fermer

    Denise Vuillon : La belle verte

    22 min 12 - 2012

    Denise Vuillon a créé avec son mari Daniel Vuillon la première AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) de France, le 17 avril 2001 à Aubagne. Il s’agit d’un partenariat de proximité entre un groupe de consommateurs et une ferme locale débouchant sur la distribution des fameux "paniers AMAP". Précurseur de cette pratique, Denise Vuillon, qui fut tout d’abord infirmière, a conscience d’être en marge de l’agriculture actuelle et a à cœur de défendre ce projet de plus en plus répandu qui tente, à l’heure de la mondialisation, de redonner à l’agriculture une place dans les échanges locaux. Nostalgie d’une certaine agriculture ou viabilité économique d’un nouveau modèle agricole ?


  • Didier Cadiou et Bernard Jacquet : L’Île Longue, de Vauban à la base des sous-marins stratégiques

    1 h 20 mn
  • ×fermer

    Didier Cadiou et Bernard Jacquet : L’Île Longue, de Vauban à la base des sous-marins stratégiques

    1 h 20 mn - 2011

    Une île mystérieuse en presqu’île de Crozon. Une conférence de Didier Cadiou (historien local) et Bernard Jacquet (commandant de la base opérationnelle des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins) dans le cadre des Rendez-vous maritimes du Service historique de la Défense le 7 avril 2011.

    L’Île Longue

  • Dr Pierre Bodenez

    1 min 36
  • ×fermer

    Dr Pierre Bodenez

    1 min 36 - 2011

    Le chef du service d’addictologie du CHU de Brest œuvre dans la lutte contre les dépendances. Il fait aussi du bateau.


  • Dr Pierre Bodenez : Alcool et dépendances

    16 min 58
  • ×fermer

    Dr Pierre Bodenez : Alcool et dépendances

    16 min 58 - 2011

    Diriger un service d’addictologie au CHU de Brest, qu’est-ce à dire ? Surtout lorsque, au-delà de l’alcoolo-dépendance (la plus connue), le service du Docteur Bodenez s’intéresse à toute la gamme des drogues, aux médicaments, aux achats compulsifs, à Internet et au jeu pathologique. Autant de rapports à la dépendance induisant la nécessité d’une réflexion transversale sur le sujet et d’une thérapeutique propre à chaque situation.


  • Edouard Zambeaux : Périphérique

    1 h 15 min
  • ×fermer

    Edouard Zambeaux : Périphérique

    1 h 15 min - 2011

    Visite d’un appartement de marchand de sommeil à Clichy-sous-Bous, balade entre les stèles en ciment armé du cimetière musulman de Bobigny, portrait d’une bénévole encadrant des jeunes en difficulté scolaire. Un journaliste se doit d’aller aux périphéries de la ville, du travail et de schémas sociaux pour donner la parole à ceux que l’on n’a pas l’habitude d’entendre.

    Rencontre avec Edouard Zambeaux (le 3 décembre 2011, dans le cadre du 9ème festival Longueur d’ondes), autour de son émission radiophonique « Périphéries » sur France Inter. Ou pourquoi faire de la photographie sonore sans peinture ni édulcoration ?


  • Entreprenariat au féminin

    1h 04
  • ×fermer

    Entreprenariat au féminin

    1h 04 - 2012

    Ce soir là, le jeudi 22 mars 2012, au salon Colbert de la Mairie de Brest, il n’y a pas l’once d’un chromosome Y. Les auto-entrepreneuses travaillant chez elles, aussi bien que la responsable principale de toutes les entreprises Volvo du Finistère ou encore les directrices d’entreprises sont venues en nombre. Mais attention, si le système patriarcal est remis en cause, l’homme prend malgré tout beaucoup de place dans les débats. Chacune partage son vécu, son expérience, ses doutes, sa volonté, tandis que la conférence s’anime autour de la construction d’une entreprise au féminin. Autant de réflexions sur le problème de la transmission familiale, de la confiance en soi, de la communication, de l’intervention de la vie privée et des salaires bien-sûr. Mais il est aussi question d’une entreprise vue comme un espace de création, original et indépendant.


  • Expressions modales en Europe de l’ouest

    1 h 35 min
  • ×fermer

    Expressions modales en Europe de l’ouest

    1 h 35 min - 2011

    - François Picard, ethnomusicologue spécialiste de la musique chinoise, professeur à l’Université Paris-Sorbonne
    - Thomas Loopuyt, musicien percussionniste mais également joueur de oud, enseignant au Conservatoire de Nice
    - Nando Aquaviva, chanteur corse, spécialiste et chercheur de la musique de sa région

    Voilà le panorama hétéroclite de la conférence sur les "Expressions modales en Europe de l’Ouest" qui a eu lieu le jeudi 17 Novembre 2011 lors du festival No Border au Quartz. Et si chacun a son mot à dire, tous ont aussi leur manière de le dire : il semblerait que leur origine influe sur leur musique mais aussi sur leur façon de s’exprimer...


  • Fabrice Balanche : "La Syrie, entre révolution, guerre civile et statu quo"

    1 h 00 min
  • ×fermer

    Fabrice Balanche : "La Syrie, entre révolution, guerre civile et statu quo"

    1 h 00 min - 2012

    Maître de conférences à l’Université Lyon 2 et directeur du Groupe de recherche et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient, Fabrice Balanche est intervenu le vendredi 27 janvier 2012 dans le cadre des Géopolitiques de Brest qui se tenaient à l’Université de Bretagne Occidentale sur le thème du Printemps arabe. Agrégé et docteur en géographie, il fait un premier séjour au Moyen-Orient en 1990. Depuis il a vécu une dizaine d’années entre la Syrie et le Liban, terrains privilégiés de ses recherches. Dans cette conférence, le géographe se penche sur les aspects sociaux et communautaires de la révolte en Syrie, s’intéressant aux zones marginalisées d’où a éclaté l’insurrection qui s’est muée en guerre civile. Enfin, il propose une lecture plus large en abordant le contexte de guerre froide entre l’Iran et les États-Unis. Une belle occasion d’écouter un spécialiste fort de son expérience sur le terrain.


  • France Info, l’actualité en continu

    1 h 47
  • ×fermer

    France Info, l’actualité en continu

    1 h 47 - 2013

    Les journalistes de France Info (Sébastien Baer, Frédéric Carbonne, Olivier Emond, Mathieu Laurent) invités au dixième festival Longueur d’ondes auraient voulu continuer la conférence toute la journée en continu. Heureusement les bénévoles de Longueur d’ondes ont réussi à les neutraliser au bout de presque deux heures d’une discussion tout de même fort intéressante, sur une radio au fonctionnement atypique.


  • Geneviève Lacambre : Le japonisme et la modernité

    1 h 57
  • ×fermer

    Geneviève Lacambre : Le japonisme et la modernité

    1 h 57 - 2012

    Un vent d’exotisme a soufflé au Musée des Beaux-Arts le 26 avril 2012. Geneviève Lacambre, diplômée de la section supérieure de l’Ecole du Louvre et de l’Institut d’Art et d’Archéologie est venue tenir une conférence sur le japonisme. La culture japonaise, ayant résisté à la domination occidentale, est restée une source d’admiration première pour l’Europe. Les habitants de ce pays "protégé" ont su développer une curiosité pour l’autre continent sans en devenir dépendant, y puisant des techniques afin de se les approprier par la suite. Mais au final, qui a influencé qui ? Car ces fameuses estampes que l’on a tous en tête se sont aussi frayées un chemin jusqu’en Occident et ont su trouver logis dans le cœur d’artistes de renom, tandis que certaines spécialités culinaires du pays du soleil levant se sont invitées à la table des bonnes familles.


  • Gérard Mordillat : Quelques remarques à douze pieds

    33 min 01
  • ×fermer

    Gérard Mordillat : Quelques remarques à douze pieds

    33 min 01 - 2013

    Il paraît que le vers serait une arme percutante contre le ridicule, les leurres et les mensonges de la propagande néolibérale.

    Le grand retournement de Gérard Mordillat, adapté de la pièce de Frédéric Lordon (D’un retournement l’autre, Le Seuil, 2011) écrite entièrement en alexandrins, démontre l’absurdité de notre modèle économique, les origines du déficit public actuel et ses conséquences sur la société.

    Car le discours politique est un discours paralysé et paralysant, l’économie est la continuation de la guerre par d’autres moyens et la comédie est un merveilleux outil pour aller à l’essentiel.

    Entretien de Gérard Mordillat réalisé par Olivier Broudeur (le 26 avril 2013).


  • Gilles Balbastre lâche les chiens

    40 min 50
  • ×fermer

    Gilles Balbastre lâche les chiens

    40 min 50 – 2012

    Le coréalisateur du film Les Nouveaux Chiens de garde, sorti le 11 janvier 2012, s’est employé à filmer le dessous des cartes médiatiques. Dans la lignée du travail de Serge Halimi, qui publia un livre éponyme en 1997 (aux éditions Liber-Raisons d’agir), le ton est vif, la charge virulente, le discours sans détours. Balbastre se dit de la race des chiens qui mordent. Dans ce film pamphlet, il plante ses crocs dans le petit monde du journalisme en dénonçant la marchandisation des médias et les collusions avec le monde de la politique et des grands groupes financiers.


  • Gregory Le Bris (la PAM)

    3 fois plus ou moins 20 minutes
  • ×fermer

    Gregory Le Bris (la PAM)

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2014

    En 1680, le premier imprimeur mandaté par le roi s’installe à Brest. Depuis a fleuri et dépéri une flopée d’imprimeurs. Une seule imprimerie historique est restée, résistant aux nouvelles tendances et aux délocalisations en zone industrielle. La PAM, Papeterie Armoricaine Morlaisienne, installée depuis plusieurs générations rue Pasteur à Brest, est aujourd’hui tenue par Gregory Le Bris, petit-fils de son fondateur.

    Le flair de son grand-père d’abord, puis de son père, a été de garder, malgré tout, les machines d’imprimerie devenue obsolètes. L’imprimerie PAM est aujourd’hui un lieu de coexistence des technologies du passé et des plus modernes, une mémoire de ce qu’était le métier d’imprimeur au siècle dernier. Habituellement fermée au public, la PAM s’est ouverte en janvier 2014 pour cette visite guidée radiophonique du lieu et de son histoire.

    1 - Historique de la PAM

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2014

    En 1680, le premier imprimeur mandaté par le roi s’installe à Brest. Depuis a fleuri et dépéri une flopée d’imprimeurs. Une seule imprimerie historique est restée, résistant aux nouvelles tendances et aux délocalisations en zone industrielle. La PAM, Papeterie Armoricaine Morlaisienne, installée depuis plusieurs générations rue Pasteur à Brest, est aujourd’hui tenue par Gregory Le Bris, petit-fils de son fondateur.

    Le flair de son grand-père d’abord, puis de son père, a été de garder, malgré tout, les machines d’imprimerie devenue obsolètes. L’imprimerie PAM est aujourd’hui un lieu de coexistence des technologies du passé et des plus modernes, une mémoire de ce qu’était le métier d’imprimeur au siècle dernier. Habituellement fermée au public, la PAM s’est ouverte en janvier 2014 pour cette visite guidée radiophonique du lieu et de son histoire.

    2 - Passion d’imprimeur

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2014

    En 1680, le premier imprimeur mandaté par le roi s’installe à Brest. Depuis a fleuri et dépéri une flopée d’imprimeurs. Une seule imprimerie historique est restée, résistant aux nouvelles tendances et aux délocalisations en zone industrielle. La PAM, Papeterie Armoricaine Morlaisienne, installée depuis plusieurs générations rue Pasteur à Brest, est aujourd’hui tenue par Gregory Le Bris, petit-fils de son fondateur.

    Le flair de son grand-père d’abord, puis de son père, a été de garder, malgré tout, les machines d’imprimerie devenue obsolètes. L’imprimerie PAM est aujourd’hui un lieu de coexistence des technologies du passé et des plus modernes, une mémoire de ce qu’était le métier d’imprimeur au siècle dernier. Habituellement fermée au public, la PAM s’est ouverte en janvier 2014 pour cette visite guidée radiophonique du lieu et de son histoire.

    3 - La grotte lithographique

  • Habitat participatif : des (futurs) habitants

    3 fois plus ou moins vingt minutes
  • ×fermer

    Habitat participatif : des (futurs) habitants

    3 fois plus ou moins vingt minutes - 2013

    La propriété individuelle est-elle vraiment le rêve absolu ?

    Réaliser à plusieurs un projet d’habitat, construire ensemble un espace commun, mutualiser son jardin, ses outils, sa tondeuse, sa voiture, voilà une voie alternative entre la promotion privée et le logement social qui se dessine petit à petit en France.

    Dans Brest et sa région, plusieurs projets de ce type ont justement émergé. Brigitte Millet et Romain Cayla sont allés, pour Oufipo, rencontrer des habitants (ou futurs habitants) participatifs :

    - Céline, habitante du projet Ecocum à Lhoperhet
    - Vincent et Delphine, futurs habitants d’un projet d’habitat participatif
    - Nicolas et Aude, futurs habitants d’Ekoumène (habitat partagé citadin)

    1 - Céline (Ecocum)

    3 fois plus ou moins vingt minutes - 2013

    La propriété individuelle est-elle vraiment le rêve absolu ?

    Réaliser à plusieurs un projet d’habitat, construire ensemble un espace commun, mutualiser son jardin, ses outils, sa tondeuse, sa voiture, voilà une voie alternative entre la promotion privée et le logement social qui se dessine petit à petit en France.

    Dans Brest et sa région, plusieurs projets de ce type ont justement émergé. Brigitte Millet et Romain Cayla sont allés, pour Oufipo, rencontrer des habitants (ou futurs habitants) participatifs :

    - Céline, habitante du projet Ecocum à Lhoperhet
    - Vincent et Delphine, futurs habitants d’un projet d’habitat participatif
    - Nicolas et Aude, futurs habitants d’Ekoumène (habitat partagé citadin)

    2 - Vincent et Delphine

    3 fois plus ou moins vingt minutes - 2013

    La propriété individuelle est-elle vraiment le rêve absolu ?

    Réaliser à plusieurs un projet d’habitat, construire ensemble un espace commun, mutualiser son jardin, ses outils, sa tondeuse, sa voiture, voilà une voie alternative entre la promotion privée et le logement social qui se dessine petit à petit en France.

    Dans Brest et sa région, plusieurs projets de ce type ont justement émergé. Brigitte Millet et Romain Cayla sont allés, pour Oufipo, rencontrer des habitants (ou futurs habitants) participatifs :

    - Céline, habitante du projet Ecocum à Lhoperhet
    - Vincent et Delphine, futurs habitants d’un projet d’habitat participatif
    - Nicolas et Aude, futurs habitants d’Ekoumène (habitat partagé citadin)

    3 - Nicolas et Aude (Ekoumene)

  • Habitat participatif : des accompagnateurs de projet

    3 fois plus ou moins vingt minutes
  • ×fermer

    Habitat participatif : des accompagnateurs de projet

    3 fois plus ou moins vingt minutes - 2013

    La propriété individuelle est-elle vraiment le rêve absolu ?

    Réaliser à plusieurs un projet d’habitat, construire ensemble un espace commun, mutualiser son jardin, ses outils, sa tondeuse, sa voiture, voilà une voie alternative entre la promotion privée et le logement social qui se dessine petit à petit en France.

    Dans Brest et sa région, plusieurs projets de ce type ont justement émergé. Brigitte Millet et Romain Cayla sont allés, pour Oufipo, rencontrer des accompagnateurs de projets d’habitat participatif :

    - Christiane Baumelle animatrice du dispositif "Concon 3S" et auteur de l’ouvrage Des seniors en colocation

    - Philipe Yven du Groupement de Ressources Territoriales du Grand Ouest

    - Nolwenn Lachevre, architecte brestoise

    1 - Christiane Baumelle

    3 fois plus ou moins vingt minutes - 2013

    La propriété individuelle est-elle vraiment le rêve absolu ?

    Réaliser à plusieurs un projet d’habitat, construire ensemble un espace commun, mutualiser son jardin, ses outils, sa tondeuse, sa voiture, voilà une voie alternative entre la promotion privée et le logement social qui se dessine petit à petit en France.

    Dans Brest et sa région, plusieurs projets de ce type ont justement émergé. Brigitte Millet et Romain Cayla sont allés, pour Oufipo, rencontrer des accompagnateurs de projets d’habitat participatif :

    - Christiane Baumelle animatrice du dispositif "Concon 3S" et auteur de l’ouvrage Des seniors en colocation

    - Philipe Yven du Groupement de Ressources Territoriales du Grand Ouest

    - Nolwenn Lachevre, architecte brestoise

    2 - Philippe Yven (GRT)

    3 fois plus ou moins vingt minutes - 2013

    La propriété individuelle est-elle vraiment le rêve absolu ?

    Réaliser à plusieurs un projet d’habitat, construire ensemble un espace commun, mutualiser son jardin, ses outils, sa tondeuse, sa voiture, voilà une voie alternative entre la promotion privée et le logement social qui se dessine petit à petit en France.

    Dans Brest et sa région, plusieurs projets de ce type ont justement émergé. Brigitte Millet et Romain Cayla sont allés, pour Oufipo, rencontrer des accompagnateurs de projets d’habitat participatif :

    - Christiane Baumelle animatrice du dispositif "Concon 3S" et auteur de l’ouvrage Des seniors en colocation

    - Philipe Yven du Groupement de Ressources Territoriales du Grand Ouest

    - Nolwenn Lachevre, architecte brestoise

    3 - Nolwenn Lachevre (architecte)

  • Hervé Le Crosnier

    5 min 56
  • ×fermer

    Hervé Le Crosnier

    5 min 56 - 2011

    Hervé Le Crosnier, auteur du livre Libres savoirs (C&F éditions, 2011) révèle à travers ses réponses son besoin d’échange, tant au plan humain qu’intellectuel.


  • Hervé Le Crosnier : Autour des " Libres savoirs "

    1 h 06 min
  • ×fermer

    Hervé Le Crosnier : Autour des " Libres savoirs "

    1 h 06 - 2011

    Hervé Le Crosnier, conservateur de bibliothèque de formation et Maître de Conférences à l’Université de Caen depuis 1995 (où il enseigne les technologies de l’internet), était présent à la Petite Librairie le 7 octobre 2010 dans le cadre de Brest en bien communs. Il y tenait une conférence en lien avec son dernier ouvrage, Libres Savoirs (C&F éditions, 2011), où il évoque les facteurs sociaux et politiques influant sur la possibilité ou non, selon les cas, de produire une oeuvre collective. Riche de ses rencontres et de ses échanges, il parvient à nous faire comprendre rapidement les principaux enjeux de la création d’un bien commun.


  • Image de soi

    58 min 41
  • ×fermer

    Image de soi

    Romain CAYLA

    58 min 41 - 2012

    « Le corps est un lieu sans recours, une enveloppe de chair dont personne ne saurait se défaire ni se dépêtrer ». Michel Foucault

    L’association Culture et Liberté en Finistère organise depuis 5 ans à Brest « Etamine », un atelier « pour reprendre confiance en soi ».

    Romain Cayla a suivi cet atelier et interrogé ses participants entre séances d’échanges, moments de vie, séances de coiffure ou de conseils vestimentaires. Il en tire un documentaire fascinant et réflexif sur notre intransigeante société de l’image. Et donc sur nous... enfin vous. Êtes vous prêts ? Attention : nous sortons le miroir !


  • Irène Frachon

    5 min 02
  • ×fermer

    Irène Frachon

    5 min 02 - 2012

    Alors que le procès du Mediator vient d’être reporté, voici le procès-verbal de la pneumologue brestoise qui a mis au grand jour cette sombre affaire. Irène Frachon est revenue sur cette affaire lors de la rencontre des Lundis de la santé du 30 avril 2012 à Brest. Dix questions apparemment anodines, mais dix réponses qui en disent long sur la détermination et l’indépendance d’esprit qui ont amené cette femme à ne pas avaler la pilule des laboratoires Servier. Seule contre tous !


  • Irène Frachon : L’affaire du Médiator

    1 h 35
  • ×fermer

    Irène Frachon : L’affaire du Médiator

    1 h 35 – 2012

    Le Mediator est un coupe-faim dont la composition est très proche de celle des amphétamines. Il fut commercialisé par les laboratoires Servier de 1976 à 2009 et est responsable, selon les estimations, de la mort de 500 personnes. Irène Frachon, qui a dénoncé son usage, revient sur cette affaire lors de la rencontre des Lundis de la santé du 30 avril 2012. Elle explique la façon dont elle s’y est prise pour déjouer ce mensonge de taille. Elle dénonce non sans raison le caractère proprement commercial de ce produit, en contradiction directe avec toute éthique médicale.

    Écoutez aussi : le procès-verbal d’Irène Frachon sur Oufipo.


  • Jacques Rigaud : Diriger RTL

    40 min 12
  • ×fermer

    Jacques Rigaud : Diriger RTL

    40 min 12 - 2011

    Né en 1932 à Paris. Ancien élève de l’ENA. Directeur du cabinet de Jacques Duhamel, ministre de l’Agriculture, puis des Affaires culturelles, de 1969 à 1973. Responsable, de 1981 à 1986, de la construction du musée d’Orsay. Nommé en 1980 administrateur délégué de la Compagnie luxembourgeoise de Télédiffusion (CLT) et président de RTL radio en France (a exercé ces fonctions jusqu’en juin 2000). A publié de nombreux ouvrages dont La culture pour vivre (Gallimard, 1975) ou Le bénéfice de l’âge (Grasset, 1993). La rencontre d’un 20 janvier 2011 à la librairie Dialogues (Brest) à l’occasion de la sortie de son ouvrage Quand les ombres s’allongent (Éditions de Fallois, 2010).


  • Jean-François Dubost

    1 min 51
  • ×fermer

    Jean-François Dubost

    1 min 51 – 2012

    Humble, fluide, concret mais pas trop, cultivant l’idéalisme. Rire discret, spontanéité. Voilà le portrait prometteur que nous dessine le Procès-verbal de Jean-François Dubost, responsable du droit d’asile à Amnesty International.


  • Jean-François Dubost : Un bosseur, boss à ses heures

    16 min 17
  • ×fermer

    Jean-François Dubost : Un bosseur, boss à ses heures

    16 min 17 – 2012

    Jean-François Dubost intervenait à la librairie Dialogues, le vendredi 17 février 2012, dans le cadre de la sortie de l’ouvrage Réfugiés, un scandale planétaire (éditions Autrement). Investi pendant des années dans une association d’éducation populaire, fort de ses études de droit, ce jeune responsable du droit d’asile à Amnesty International semble posséder les qualifications idéales pour le rôle social et politique dans lequel il s’est engagé. Reste à savoir comment il parvient à assumer un tel investissement. Lorsque Oufipo se promène du côté des coulisses...


  • Jean-Jacques Monnier

    3 fois plus ou moins 20 minutes
  • ×fermer

    Jean-Jacques Monnier

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    Le vendredi 21 octobre 2011, Jean-Jacques Monnier accueillait Oufipo chez lui pour un portrait radiophonique mené par Daniel Le Guyader. Conseiller municipal à Lannion, engagé au sein de l’Union Démocratique Bretonne (UDB), auteur du Comportement politique des bretons, 1945-1994 (Presses Universitaires de Rennes, 1994), Résistance et conscience bretonne, 1940-1945 – L’hermine contre la croix gammée (Yoran Embanner, 2007), mais aussi enseignant, romancier et randonneur, Jean-Jacques Monnier partage ici ses années d’initiation au monde politique, son travail intellectuel et ses engagements.

    1 - Les années d’initiation

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    Le vendredi 21 octobre 2011, Jean-Jacques Monnier accueillait Oufipo chez lui pour un portrait radiophonique mené par Daniel Le Guyader. Conseiller municipal à Lannion, engagé au sein de l’Union Démocratique Bretonne (UDB), auteur du Comportement politique des bretons, 1945-1994 (Presses Universitaires de Rennes, 1994), Résistance et conscience bretonne, 1940-1945 – L’hermine contre la croix gammée (Yoran Embanner, 2007), mais aussi enseignant, romancier et randonneur, Jean-Jacques Monnier partage ici ses années d’initiation au monde politique, son travail intellectuel et ses engagements.

    2 - Le travail intellectuel

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    Le vendredi 21 octobre 2011, Jean-Jacques Monnier accueillait Oufipo chez lui pour un portrait radiophonique mené par Daniel Le Guyader. Conseiller municipal à Lannion, engagé au sein de l’Union Démocratique Bretonne (UDB), auteur du Comportement politique des bretons, 1945-1994 (Presses Universitaires de Rennes, 1994), Résistance et conscience bretonne, 1940-1945 – L’hermine contre la croix gammée (Yoran Embanner, 2007), mais aussi enseignant, romancier et randonneur, Jean-Jacques Monnier partage ici ses années d’initiation au monde politique, son travail intellectuel et ses engagements.

    3 - Les engagements

  • Jean-Jacques Monnier

    2 min 06
  • ×fermer

    Jean-Jacques Monnier

    2 min 06 - 2011

    Interviewé le vendredi 21 octobre 2011, Jean-Jacques Monnier, écrivain breton, professeur d’histoire-géographie, est aussi engagé en politique au sein de l’Union Démocratique Bretonne (UDB). Ses réponses au Procès Verbal prennent l’atmosphère de la région qu’il a à cœur de préserver...


  • Jean-Michel Poupon et Bruno Cochard : deux ex-Sobrena

    3 fois plus ou moins 20 minutes
  • ×fermer

    Jean-Michel Poupon et Bruno Cochard : deux ex-Sobrena

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Le 15 septembre 2011, François Meunier, PDG de la Société Bretonne de Réparation Navale (Sobrena) faisait état de pertes sèches et d’un carnet de commandes vide malgré un chiffre d’affaires de 50 millions en 2010. Débutait alors un sursis de plusieurs mois (toujours d’actualité à l’heure de ces lignes) pour 238 salariés. Débutait alors une lutte, avec une cabane Place de la Liberté à Brest, un bateau L’espoir II reconstruit pour l’occasion et un cahier bleu pour consigner le tout.

    C’est justement à partir de ce cahier bleu et de cette étrave que Marie-Michèle Lucas a souhaité interviewer pour Oufipo deux ouvriers de la Sobrena, Jean-Michel Poupon et Bruno Cochard, pour qu’ils nous racontent leur lutte, leurs "espoirs", leur cahier, mais surtout leur métier et la dureté d’un quotidien imprévisible qu’ils ne conseillent que peu à leurs enfants... Même si de leurs récits, se dégage une certaine fierté finalement.

    Portrait de deux hommes, l’un tôlier et l’autre logisticien, mais aussi portrait d’un savoir-faire à l’échelle démesurée, celui d’une vie, celui d’une ville...

    1 - L’espoir

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Le 15 septembre 2011, François Meunier, PDG de la Société Bretonne de Réparation Navale (Sobrena) faisait état de pertes sèches et d’un carnet de commandes vide malgré un chiffre d’affaires de 50 millions en 2010. Débutait alors un sursis de plusieurs mois (toujours d’actualité à l’heure de ces lignes) pour 238 salariés. Débutait alors une lutte, avec une cabane Place de la Liberté à Brest, un bateau L’espoir II reconstruit pour l’occasion et un cahier bleu pour consigner le tout.

    C’est justement à partir de ce cahier bleu et de cette étrave que Marie-Michèle Lucas a souhaité interviewer pour Oufipo deux ouvriers de la Sobrena, Jean-Michel Poupon et Bruno Cochard, pour qu’ils nous racontent leur lutte, leurs "espoirs", leur cahier, mais surtout leur métier et la dureté d’un quotidien imprévisible qu’ils ne conseillent que peu à leurs enfants... Même si de leurs récits, se dégage une certaine fierté finalement.

    Portrait de deux hommes, l’un tôlier et l’autre logisticien, mais aussi portrait d’un savoir-faire à l’échelle démesurée, celui d’une vie, celui d’une ville...

    2 - Le cahier bleu

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Le 15 septembre 2011, François Meunier, PDG de la Société Bretonne de Réparation Navale (Sobrena) faisait état de pertes sèches et d’un carnet de commandes vide malgré un chiffre d’affaires de 50 millions en 2010. Débutait alors un sursis de plusieurs mois (toujours d’actualité à l’heure de ces lignes) pour 238 salariés. Débutait alors une lutte, avec une cabane Place de la Liberté à Brest, un bateau L’espoir II reconstruit pour l’occasion et un cahier bleu pour consigner le tout.

    C’est justement à partir de ce cahier bleu et de cette étrave que Marie-Michèle Lucas a souhaité interviewer pour Oufipo deux ouvriers de la Sobrena, Jean-Michel Poupon et Bruno Cochard, pour qu’ils nous racontent leur lutte, leurs "espoirs", leur cahier, mais surtout leur métier et la dureté d’un quotidien imprévisible qu’ils ne conseillent que peu à leurs enfants... Même si de leurs récits, se dégage une certaine fierté finalement.

    Portrait de deux hommes, l’un tôlier et l’autre logisticien, mais aussi portrait d’un savoir-faire à l’échelle démesurée, celui d’une vie, celui d’une ville...

    3 - La forme de radoub

  • Jean-Pierre Thomin

    3 fois plus ou moins 20 minutes
  • ×fermer

    Jean-Pierre Thomin

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Maire de Landerneau de 1989 à 2008, ancien conseiller régional et général, cofondateur du festival de musique Kann al Loar de Landerneau, Jean-Pierre Thomin aura laissé une empreinte indéniable dans l’histoire locale.

    Ayant aujourd’hui quitté la plupart de ses fonctions, il fait le point sur son engagement en politique et partage des réflexions plus universelles qui l’ont accompagné tout au long de sa carrière sur la scène publique : "les idées qui ne sont pas confrontées à la réalité perdent une partie de leur valeur".

    Un portrait réalisé le 30 octobre 2012 à Brest par Laurent Garroy.

    1 - L’entrée en politique

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Maire de Landerneau de 1989 à 2008, ancien conseiller régional et général, cofondateur du festival de musique Kann al Loar de Landerneau, Jean-Pierre Thomin aura laissé une empreinte indéniable dans l’histoire locale.

    Ayant aujourd’hui quitté la plupart de ses fonctions, il fait le point sur son engagement en politique et partage des réflexions plus universelles qui l’ont accompagné tout au long de sa carrière sur la scène publique : "les idées qui ne sont pas confrontées à la réalité perdent une partie de leur valeur".

    Un portrait réalisé le 30 octobre 2012 à Brest par Laurent Garroy.

    2 - La vie partisane / Gouverner

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Maire de Landerneau de 1989 à 2008, ancien conseiller régional et général, cofondateur du festival de musique Kann al Loar de Landerneau, Jean-Pierre Thomin aura laissé une empreinte indéniable dans l’histoire locale.

    Ayant aujourd’hui quitté la plupart de ses fonctions, il fait le point sur son engagement en politique et partage des réflexions plus universelles qui l’ont accompagné tout au long de sa carrière sur la scène publique : "les idées qui ne sont pas confrontées à la réalité perdent une partie de leur valeur".

    Un portrait réalisé le 30 octobre 2012 à Brest par Laurent Garroy.

    3 - La sortie de la vie politique

  • Josef Schovanec : Être à l’Est

    2 h 20
  • ×fermer

    Josef Schovanec : Être à l’Est

    2 h 20 - 2014

    Josef Schovanec est fier d’être autiste. Lui qui n’a parlé que vers l’âge de six ans est aujourd’hui docteur en philosophie et excellent orateur. Blagueur, il met facilement le public des conférences dans sa poche.
    Au-delà des blagues, son témoignage est d’une grande importance car il montre bien que l’autisme n’est pas une limitation de capacité ou d’intelligence, mais plutôt un déplacement de celles-ci. Je n’arrive pas à boutonner ma chemise, et alors ? Je parle sept langues.
    Josef Schovanec relativise ce que l’on considère comme des faiblesses. Les capacités dites normales, de la vie courante, si de nombreux autistes ne peuvent les réaliser, cela ne veut pas dire que les capacités plus développées leurs sont inaccessibles, bien au contraire.
    Où l’autisme n’est plus vu que comme un handicap mais aussi comme une autre structure de pensée.

    L’auteur de Je suis à l’Est ! (éd. Plon, 2012) donnait cette conférence à la faculté Segalen à Brest le 17 avril 2014 et prenait un malin plaisir à démontrer à son auditoire qu’être autiste, c’est parfois bien mieux que de ne pas l’être, comme lorsqu’il nous raconte l’histoire de ce couple dont l’un des conjoints est autiste, et qui ne veut pas d’enfants de peur qu’ils soient non-autistes.


  • La ruée vers l’Arctique : les ressources fossiles (pétrole, gaz) et minérales de l’Arctique, mirage ou réalité ?

    1 h 34
  • ×fermer

    La ruée vers l’Arctique : les ressources fossiles (pétrole, gaz) et minérales de l’Arctique, mirage ou réalité ?

    1 h 34 - 2014

    Les hydrocarbures représentent une part extrêmement importante des sources d’énergie utilisées sur Terre.
    Une mauvaise répartition, la surconsomation de ces ressources et leur pénurie annoncée poussent les États à une ruée vers les quelques zones de la planète où ces ressources peuvent encore être trouvées en quantité suffisante ; au dépend bien souvent de l’environnement local, qui subit les conséquences de techniques d’extraction très polluantes.
    L’Arctique, déjà en proie au réchauffement climatique qui, chaque été, réduit encore sa banquise, survivra-t-elle à la convoitise des compagnies pétrolières ?
    Pour Laurent Geoffroy, professeur de tectonique à l’UBO, ce tableau catastrophique ne doit pas nous amener à un pessimisme passif mais bien nous pousser à en faire une question politique et à interroger les pouvoirs publics.


  • La visite du président Wilson à Brest (13 décembre 1918)

    4 min 15
  • ×fermer

    La visite du président Wilson à Brest (13 décembre 1918)

    4 min 15 - 2014

    Le 13 décembre 1918, à 15h15, Thomas Woodrow Wilson, vingt-huitième président des États-Unis d’Amérique posait le pied sur le sol brestois. Pour la première fois, un président américain foulait le vieux continent et la ville de Brest, qui était alors la première base américaine en France, lui réserva un accueil mémorable. À l’occasion de l’exposition "Brest, port européen, 1914-1944" (à découvrir dans le hall d’honneur de l’hôtel de ville de Brest jusqu’au 16 novembre), le scénographe de l’exposition Alain Dumont a demandé à Oufipo de reconstituer autour de cette visite historique ce qui aurait pu être un reportage radiophonique de l’époque, en se basant sur des articles de journaux et des retranscriptions de discours prononcés.

    Une douce utopie (puisque la bande magnétique n’existait pas encore), mais qui nous l’espérons, vous fera (re)vivre ce grand moment de l’histoire brestoise...


  • Le cabotage à Brest, histoire et perspectives

    1 h 06
  • ×fermer

    Le cabotage à Brest, histoire et perspectives

    1 h 06 - 2013

    Le cabotage, forme de navigation marchande de proximité existe et évolue depuis plusieurs siècles. Aujourd’hui moteur de l’économie brestoise, il est au cœur des projets de développement et d’aménagement de son port. Une raison suffisante pour que le Service historique de la Défense se penche sur ce sujet le 18 Avril 2013 dans le cadre des "Rendez-vous maritimes de Brest".

    Une conférence orchestrée à deux voix, celle de Pierrick Pourchasse, maître de conférences et agrégé d’histoire à l’Université de Bretagne occidentale et celle de Raoul Laurent, directeur des équipements de la Chambre de commerce et de l’industrie de Brest.


  • Le Caillou Blanc

    10 min 01
  • ×fermer

    Le Caillou Blanc

    Miriam SCHREIBAN

    10 min 01 - 2014

    Ronan attend son anniversaire depuis des mois. Jean-Pierre ne parle pas. Pour la jeune volontaireallemande en service civique qui les accompagne depuis maintenant six mois, le contact avec eux n’a pas été tout de suite facile. Mais à force d’observations, elle comprend, elle interprète, les petits signes, les gestes qui disent oui, qui disent non.
    Vivre au foyer du Caillou Blanc, c’est apprendre à apprivoiser l’autre, à faire un pas de côté et tenter de rentrer dans son chemin de pensée. D’ailleurs, on n’y parle pas de foyer, mais de "communauté".
    Le Caillou Blanc est un foyer du réseau de L’Arche, situé près de Quimper, où est accueillie une quarantaine de personnes handicapées.
    Un documentaire réalisé à l’occasion d’un atelier mené par l’association Longueur d’ondes auprès de jeunes volontaires en service civique.


  • Le Défi Brestois et Vie Libre

    3 fois plus ou moins 20 minutes
  • ×fermer

    Le Défi Brestois et Vie Libre

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Depuis 30 ans, le Défi Brestois organise les "trois jours sans alcool", manifestation de prévention des risques liés à la consommation d’alcool.
    L’association Vie libre a quant à elle vu le jour en 1953. Constituée d’anciens alcooliques et d’abstinents volontaires, elle accompagne toute l’année les personnes dépendantes à l’alcool.
    Loin d’une dénonciation ou d’une moralisation de la consommation d’alcool, les deux associations se sont données pour missions à la fois la prévention et la réflexion autour de l’alcool auprès de toute la population et l’accompagnement des personnes dépendantes ; elles tentent, par un soutien psychologique et non médical apporté aux personnes elles-même ainsi qu’à leur famille, de les amener à diminuer voire à stopper leur consommation d’alcool.

    1 - Yves Pailler du Défi Brestois

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Depuis 30 ans, le Défi Brestois organise les "trois jours sans alcool", manifestation de prévention des risques liés à la consommation d’alcool.
    L’association Vie libre a quant à elle vu le jour en 1953. Constituée d’anciens alcooliques et d’abstinents volontaires, elle accompagne toute l’année les personnes dépendantes à l’alcool.
    Loin d’une dénonciation ou d’une moralisation de la consommation d’alcool, les deux associations se sont données pour missions à la fois la prévention et la réflexion autour de l’alcool auprès de toute la population et l’accompagnement des personnes dépendantes ; elles tentent, par un soutien psychologique et non médical apporté aux personnes elles-même ainsi qu’à leur famille, de les amener à diminuer voire à stopper leur consommation d’alcool.

    2 - Philippe Villain et Isabelle Lopez de Vie Libre

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Depuis 30 ans, le Défi Brestois organise les "trois jours sans alcool", manifestation de prévention des risques liés à la consommation d’alcool.
    L’association Vie libre a quant à elle vu le jour en 1953. Constituée d’anciens alcooliques et d’abstinents volontaires, elle accompagne toute l’année les personnes dépendantes à l’alcool.
    Loin d’une dénonciation ou d’une moralisation de la consommation d’alcool, les deux associations se sont données pour missions à la fois la prévention et la réflexion autour de l’alcool auprès de toute la population et l’accompagnement des personnes dépendantes ; elles tentent, par un soutien psychologique et non médical apporté aux personnes elles-même ainsi qu’à leur famille, de les amener à diminuer voire à stopper leur consommation d’alcool.

    3 - Pauline Dano du Défi Brestois

  • Le discours

    13 min 42
  • ×fermer

    Le discours

    13 min 42 - 2012

    Matthieu Marsollier et Mathieu Pavoine

    Lucas était un étudiant comme les autres. Mais un jour, il a pris position et depuis tout s’est accéléré pour lui. Dépassé par les événements et rempli de doutes, il va voir une psy.


  • Le paradoxe numérique de la radio

    1 h 53
  • ×fermer

    Le paradoxe numérique de la radio

    1 h 53 - 2013

    La radio doit-elle s’adapter au numérique ? Accompagner le son par de l’image, est-ce de la radio "augmentée" ou du pur marketing ?
    Entre l’émergence de nouvelles formes – potentiellement intéressantes – de documentaires sonores et visuels, et l’appropriation de pratiques télévisuelles – peu pertinentes – par les grandes stations de radio, quelles nouvelles pratiques sont-elles vraiment intéressantes et légitimes ?
    Ziad Maalouf, animateur de la web-émission l’Atelier des médias sur RFI, accompagné de Anne Brunel, Mehdi Ahoudig et Simon Decreuze, s’est penché sur ces questionnements, à l’occasion de la quatrième édition des Immédiatiques et du dixième festival Longueur d’ondes.


  • Le sport à la radio

    2 h 03
  • ×fermer

    Le sport à la radio

    2 h 03 - 2012

    Afin de commencer la neuvième édition du festival Longueur d’ondes énergiquement, le jeudi 1er décembre 2011, Jacques Vendroux, Georges Cadiou et Pierre-Louis Castelli sont venus en force pour une table ronde sur le commentaire sportif. C’est avec entrain que les trois hommes s’adonnent à cette activité qui relève avant tout, selon leur dire, d’une véritable "passion". Du football à la voile, et de la voile au vélo, ils nous entraînent sur le terrain mouvementé de ce métier, pas toujours bien reconnu dans le milieu radiophonique, avec ses enjeux, ses deuils, ses victoires et ses travers. Et oui, l’exercice de la voix aussi relève, en soi, d’un effort intense.


  • Le temps d’un tango

    1 h 03
  • ×fermer

    Le temps d’un tango

    1 h 03 - 2012

    C’est al compás del corazón (au rythme du cœur) que la conférence se déroule à la bibliothèque Arpège, le samedi 5 mai 2012. Entre deux milongas et autres habaneras, les membres de l’association de tango se chargent de planter le décor. El Rio de la Plata, aller-retour entre l’Uruguay et une partie de l’Argentine. C’est là-bas que tout a commencé. Et tandis que l’histoire de cette danse sensuelle se déroule, nous en comprenons peu à peu le cheminement, la construction et le fonctionnement. Du bal populaire au bordel, du piano au bandonéon, il n’y a qu’un pas, mais pas n’importe lequel : un pas de tango. Se frayer un passage sur la piste de danse, ce n’est pas qu’une question de technique. Lorsqu’on se prête au jeu de cette danse argentine, on choisit de raconter une histoire et de se laisser porter par celle-ci.


  • Lecture de "Je suis complètement battue"

    29 min 26
  • ×fermer

    Lecture de "Je suis complètement battue"

    29 min 26 - 2011

    Dans le cadre des actions de lutte contre la violence faite aux femmes, la Compagnie Paris Atlantique a organisé à la bibliothèque Neptune une lecture de l’ouvrage d’Eléonore MercierJe suis complètement battue, aux éditions P.O.L. Écoutante depuis dix ans d’une association qui se préoccupe des violences conjugales, elle reçoit les appels des femmes violentées et en détresse. Cet ouvrage est constitué de chaque première phrase des appels qu’elle a reçu.
    À travers les voix des comédiennes Geneviève Robin et Soazig Ugo, ces voix anonymes se lient et résonnent ensemble autour du même besoin, celui d’être secourue. Mais elles sont aussi le témoignage d’un silence souvent trop long...


  • Les lundis de la santé : Alcool, c’est quoi boire normalement ?

    48 min 43
  • ×fermer

    Les lundis de la santé : Alcool, c’est quoi boire normalement ?

    48 min 43 - 2011

    Dans le cadre du Défi brestois 2011, les Lundis de la santé abordent à nouveau la question de la consommation d’alcool, cette fois sous l’angle des normes qui nous environnent dans notre quotidien. Le Docteur Bodenez, chef du service d’addictologie au CHU de Brest, interroge le rapport de chacun à ces normes, légales, socio-culturelles, admises ou non, en constante évolution, parfois contradictoires. En bonus dans le dernier quart d’heure, une présentation du Défi brestois et de son histoire.


  • Les ressources éducatives libres et les Mooc

    2 h 07
  • ×fermer

    Les ressources éducatives libres et les Mooc

    2 h 07 - 2013

    Vous êtes agoraphobe, allergique à la moquette des amphis, ou pas du matin, mais malgré tout en quête de savoir ? Les Mooc sont faits pour vous. Créé à l’origine par les grandes universités américaines, le mouvement Mooc (prononcer "mouque") proposant des cours en ligne accessibles à tous essaime rapidement sur toute la planète et permet à tout un chacun de suivre, depuis son canapé, des cours de niveau universitaire dans tous les domaines.

    Oufipo vous propose juste de profiter d’un bref cours sur les Mooc, en écoutant cette conférence donnée à l’Université de Bretagne Occidentale le 9 octobre 2013 lors du festival Brest en biens communs.


  • Lionel Maurel

    2 min 49
  • ×fermer

    Lionel Maurel

    2 min 49 - 2011

    Lionel Maurel, Conservateur à la Bibliothèque Nationale de France se laisse porter par un interrogatoire déconcertant. Quand le conservateur est conservé...


  • Lionel Maurel : Les bibliothèques, entre évolutions et légalité

    1h 32 min
  • ×fermer

    Lionel Maurel : Les bibliothèques, entre évolutions et légalité

    1h 32 min - 2011

    Lionel Maurel, Conservateur à la Bibliothèque Nationale de France et parallèlement juriste, tenait le 7 octobre 2010 au salon Colbert de la mairie de Brest une conférence dans le cadre de Brest en bien communs. Il revient lors de celle-ci sur la logique subtile et complexe des droits d’une œuvre : est-il encore possible aujourd’hui de rester dans la stricte légalité ?


  • Lionel Maurel : To "livre" with your time

    12 min 30
  • ×fermer

    Lionel Maurel : To "livre" with your time

    12 min 30 - 2011

    Venu tenir une conférence au salon Colbert de la mairie de Brest le 7 octobre 2011, dans le cadre de Brest en biens communs, Lionel Maurel revient ici sur son parcours et sur les choix qui l’ont mené à travailler comme conservateur à la Bibliothèque Nationale de France. Quand l’interviewé se "livre" véritablement.


  • Marie Hélia : Sacré Graal

    39 min 13
  • ×fermer

    Marie Hélia : Sacré Graal

    39 min 13 - 2014

    "Si j’avais su dessiner, j’aurais fait de la bande dessinée." Manque de bol, Marie Hélia dessine comme un pied ; c’est donc vers le cinéma qu’elle s’est tournée, le média artistique qui, dit-elle, touche le plus grand nombre de gens. Engagée dès ses débuts, elle ne se rend pourtant pas tout de suite compte de la portée féministe de ses films. Elle qui a souvent été qualifiée de cinéaste féministe le revendique à présent avec fierté. De ses premiers films, dont L’usine rouge, un documentaire sur les sardinières de Douarnenez, au plus récent Les chevalières de la table ronde qui raconte l’épopée des créatrices du planning familial finistérien, la place des femmes dans son œuvre s’est faite plus importante et surtout plus évidente. Marie Hélia n’imagine plus aujourd’hui faire un film sans mettre les femmes en première ligne.


  • Marylise Lebranchu

    3 fois plus ou moins 20 min
  • ×fermer

    Marylise Lebranchu

    3 fois plus ou moins 20 min - 2011

    Députée socialiste de la quatrième circonscription du Finistère depuis 1997, Marylise Lebranchu a été maire de Morlaix, secrétaire d’État aux PME, au Commerce, à l’Artisanat et à la Consommation de 1997 à 2000 puis ministre de la Justice sous le gouvernement Jospin de 2000 à 2002. Entretien d’un 22 juillet 2011 à Morlaix où il est question d’un parcours et des choix personnels qui ont participé à la construction de sa vie politique. Une vie menée tambour battant depuis sa jeunesse où elle fut affublée d’un surnom quelque peu prémonitoire : "Tout va s’arranger".

    1 - S’engager, contester

    3 fois plus ou moins 20 min - 2011

    Députée socialiste de la quatrième circonscription du Finistère depuis 1997, Marylise Lebranchu a été maire de Morlaix, secrétaire d’État aux PME, au Commerce, à l’Artisanat et à la Consommation de 1997 à 2000 puis ministre de la Justice sous le gouvernement Jospin de 2000 à 2002. Entretien d’un 22 juillet 2011 à Morlaix où il est question d’un parcours et des choix personnels qui ont participé à la construction de sa vie politique. Une vie menée tambour battant depuis sa jeunesse où elle fut affublée d’un surnom quelque peu prémonitoire : "Tout va s’arranger".

    2 - Militer, concourir, agir au niveau local

    3 fois plus ou moins 20 min - 2011

    Députée socialiste de la quatrième circonscription du Finistère depuis 1997, Marylise Lebranchu a été maire de Morlaix, secrétaire d’État aux PME, au Commerce, à l’Artisanat et à la Consommation de 1997 à 2000 puis ministre de la Justice sous le gouvernement Jospin de 2000 à 2002. Entretien d’un 22 juillet 2011 à Morlaix où il est question d’un parcours et des choix personnels qui ont participé à la construction de sa vie politique. Une vie menée tambour battant depuis sa jeunesse où elle fut affublée d’un surnom quelque peu prémonitoire : "Tout va s’arranger".

    3 - Représenter le peuple français, gouverner le pays, gouverner le PS

  • Mathieu Grégoire et Fabien André : La question de l’indemnisation des intermittents du spectacle

    1 h 34
  • ×fermer

    Mathieu Grégoire et Fabien André : La question de l’indemnisation des intermittents du spectacle

    1 h 34 - 2014

    Le Mouvement Brest pour la Culture invitait mardi 21 octobre au Quartz Mathieu Grégoire, sociologue et chercheur associé au Centre d’Études et d’Emploi, ainsi que Fabien André, chargé de mission auprès du SYNDEAC (Syndicat National des Entreprises Artistiques et Culturelles) et membre du Comité de suivi de la réforme de l’Intermittence. Ce grand temps fort public abordait le mode d’indemnisation et les droits des intermittents du spectacle, tout en éclairant sur la réforme en cours et les alternatives envisageables à celles-ci. Mathieu Grégoire a publié en 2013 Les intermittents du spectacle : enjeux d’un siècle de luttes. Il est co-auteur avec Olivier Pilmis, chercheur au CNRS, du rapport "Quelle indemnisation chômage pour les intermittents du spectacle ? Modélisation et évaluation d’un régime alternatif".


  • Michel Mazéas

    3 fois plus ou moins 20 minutes
  • ×fermer

    Michel Mazéas

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    Né en 1928. Résistant, enseignant, maire de Douarnenez de 1971 à 1995. Communiste au passé, au présent, au futur. Une vie, une œuvre. Le regard d’un sacré bonhomme sur un vingtième siècle de combats. Jean-Michel Le Boulanger souligne : "Le parti communiste a connu, au cours de ce siècle, trois personnalités majeures qui ont biaisé les cartes électorales. Le Flanchec, appelé Daniel, ou Flanchec, formidable tribun, Jos Pencalet, tonton Jos, responsable du comité local des pêches, très aimé et très respecté, Michel Mazéas, Mich Maz, qui a su s’identifier pleinement à sa ville, à ses contradictions, à ses mouvements. Ce sont ces personnalités, exceptionnelles, plus qu’un appareil et une ligne idéologique, qui, s’imposant aux électeurs, ont doté cette commune d’une image de ville rouge.", Douarnenez de 1800 à nos jours. Essai de géographie historique sur l’identité d’une ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 426

    1 - L’engagement

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    Né en 1928. Résistant, enseignant, maire de Douarnenez de 1971 à 1995. Communiste au passé, au présent, au futur. Une vie, une œuvre. Le regard d’un sacré bonhomme sur un vingtième siècle de combats. Jean-Michel Le Boulanger souligne : "Le parti communiste a connu, au cours de ce siècle, trois personnalités majeures qui ont biaisé les cartes électorales. Le Flanchec, appelé Daniel, ou Flanchec, formidable tribun, Jos Pencalet, tonton Jos, responsable du comité local des pêches, très aimé et très respecté, Michel Mazéas, Mich Maz, qui a su s’identifier pleinement à sa ville, à ses contradictions, à ses mouvements. Ce sont ces personnalités, exceptionnelles, plus qu’un appareil et une ligne idéologique, qui, s’imposant aux électeurs, ont doté cette commune d’une image de ville rouge.", Douarnenez de 1800 à nos jours. Essai de géographie historique sur l’identité d’une ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 426

    2 - Gouverner

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    Né en 1928. Résistant, enseignant, maire de Douarnenez de 1971 à 1995. Communiste au passé, au présent, au futur. Une vie, une œuvre. Le regard d’un sacré bonhomme sur un vingtième siècle de combats. Jean-Michel Le Boulanger souligne : "Le parti communiste a connu, au cours de ce siècle, trois personnalités majeures qui ont biaisé les cartes électorales. Le Flanchec, appelé Daniel, ou Flanchec, formidable tribun, Jos Pencalet, tonton Jos, responsable du comité local des pêches, très aimé et très respecté, Michel Mazéas, Mich Maz, qui a su s’identifier pleinement à sa ville, à ses contradictions, à ses mouvements. Ce sont ces personnalités, exceptionnelles, plus qu’un appareil et une ligne idéologique, qui, s’imposant aux électeurs, ont doté cette commune d’une image de ville rouge.", Douarnenez de 1800 à nos jours. Essai de géographie historique sur l’identité d’une ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 426

    3 - La sortie

  • Mikaël Garnier-Lavalley

    4 min 38
  • ×fermer

    Mikaël Garnier-Lavalley

    4 min 38 - 2012

    Défenseur de l’éducation populaire, militant pour un vivre ensemble, Mikaël Garnier-Lavalley se prête au jeu du Procès-verbal en toute spontanéité.


  • Mikaël Garnier-Lavalley : La vallée des savoirs populaires

    21 min 06
  • ×fermer

    Mikaël Garnier-Lavalley : La vallée des savoirs populaires

    21 min 06 - 2012

    Le 29 février, Mikaël Garnier-Lavalley, délégué national de l’ANACEJ (Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes) et secrétaire général du CNAJEP (Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire) arborait son badge "I love Educ Pop" en entrant à la librairie Dialogues. Il y il donnait ce jour-là, en compagnie de Grégory Huchon, une conférence sur l’éducation populaire dans le cadre des Rendez-vous l’économie sociale et solidaire du pays de Brest. Ce ne fut pas sans avoir au préalable subit un terrible interrogatoire oufipien au rayon Beaux-Arts de la librairie. Contraint et forcé par nos agents de fermer l’un des ouvrages du rayon qu’il feuilletait avec intérêt, le militant pour une société solidaire évoque son parcours marqué par la perpétuelle recherche du mouvement. Quand les collectifs se construisent et se déconstruisent, on y verrait presque une métaphore de la vie.


  • Nathalie Meyer-Sablé : Contes et légendes de la mer

    59 min 15
  • ×fermer

    Nathalie Meyer-Sablé : Contes et légendes de la mer

    59 min 15 - 2012

    La médiathèque de Bellevue a tourné son regard vers l’horizon le jeudi 5 avril 2012. Dans le cadre d’un Rendez-vous maritime, elle accueillait l’écrivain Nathalie Meyer-Sablé, autour du thème « Contes et légende de la mer : ce qu’ils nous apportent aujourd’hui ». Tandis que Bénédicte d’Orgeval entraîne d’emblée les auditeurs par ses lectures dans l’univers des marins, des épaves et des dangers de la mer, l’auteur des contes nous emmène en voyage. Au gré de ses explorations du monde, elle évoque le rôle du conte, sa dimension sociale et culturelle, ponctuant son explication d’étranges récits inconnus aux oreilles bretonnes. Puis elle revient, en douceur, vers ces eaux souvent vues comme ténébreuses par les hommes de bord de mer. L’occasion de sombrer dans les récits sans sombrer près des récifs.


  • Nicolas Stoufflet

    3 min 56
  • ×fermer

    Nicolas Stoufflet

    3 min 56 - 2014

    Oufipo renverse les rôles et interroge Nicolas Stoufflet, présentateur du Jeu des mille euros sur France Inter.
    Alors, question banco : et si le masque vous plumait ?


  • Nicole Roux : L’habitat participatif

    48 min 15
  • ×fermer

    Nicole Roux : L’habitat participatif

    48 min 15 - 2013

    La propriété individuelle est-elle vraiment le rêve absolu ?

    Réaliser à plusieurs un projet d’habitat, construire ensemble un espace commun, mutualiser son jardin, ses outils, sa tondeuse, sa voiture, voilà une voie alternative entre la promotion privée et le logement social qui se dessine petit à petit en France.

    Dans Brest et sa région, plusieurs projets de ce type ont justement émergé. Brigitte Millet est allée, pour Oufipo, rencontrer Nicole Roux,sociologue et maîtres de conférences à l’Université de Bretagne occidentale, pour vous éclairer sur ce sujet qui risque de vous "habiter" pendant encore bien longtemps...


  • Opération de l’intérieur

    16 min 05
  • ×fermer

    Opération de l’intérieur

    Katarzyna Banaszek et Mathieu Lenormand

    - atelier de création radiophonique de l’UBO proposé par Longueur d’ondes

    16 min 05 - 2013

    Le bloc opératoire, ce n’est pas vraiment comme dans les séries télé. Un chirurgien et un anesthésiste brestois vous emmènent derrière les portes battantes de la salle d’opération, mais aussi… à l’intérieur de leur âme. Tout est prêt ? Incision !


  • Parfum de Recouvrance

    13 min 18
  • ×fermer

    Parfum de Recouvrance

    13 min 18 - 2013

    Réaliser un véritable parfum du quartier de Recouvrance.
    C’est la drôle d’idée qu’a eue un jour de juin 2013 Bastien Lagillier, jeune parfumeur montpelliérain en se baladant dans les ruelles escarpées du mythique quartier brestois. Depuis l’idée a fait son chemin et le parfum a vu le jour.
    Mais pour ce faire, le jeune "nez" s’est basé sur une enquête sonore réalisée par Kat Banaszek auprès des habitants du quartier, les mieux à même de savoir à quoi devait ressembler ce parfum. Alors écoutez et n’hésitez pas une seule seconde : achetez "Recouvrance" de Lagillier, car " Recouvrance, c’est tendance ! ".

    musique : Role Music (créative commons)


  • Patrimoine... autrement dit

    1 h 03
  • ×fermer

    Patrimoine... autrement dit

    1 h 03 - 2013

    Comment appréhender le patrimoine historique d’une ville reconstruite telle que Brest ? Doit-on seulement prendre en compte le patrimoine historique et urbain ? La richesse de Brest n’est-elle pas aussi dans son patrimoine naturel, humain et social ?

    En analysant l’histoire de la protection du patrimoine, à l’occasion des Journées du patrimoine, le 13 septembre 2013, Alain Marinos aborde ces questions capitales dans la vie d’une cité.


  • Philippe Cazeneuve : TIC TAC, le temps c’est de l’argent

    1 h 31
  • ×fermer

    Philippe Cazeneuve : TIC TAC, le temps c’est de l’argent

    1 h 31 - 2013

    Entre deux sprints, Philippe Cazeneuve, sociologue et spécialiste des TIC (technologies de l’information et de la communication), prend le temps de nous expliquer pourquoi nous n’avons jamais le temps.
    C’est à l’occasion du festival Brest en biens communs qu’il nous présentait, dans cette très pédagogique conférence gesticulée, le rapport de notre époque au temps et les modifications que cela implique en termes de mode de vie.


  • Philippe Pelletier : L’invention de l’Extrême-Orient, approche géopolitique et métagéographique

    40 min 40
  • ×fermer

    Philippe Pelletier : L’invention de l’Extrême-Orient, approche géopolitique et métagéographique

    40 min 40 - 2014

    La désignation d’ensembles géographiques telle que "pays nordiques", "occident", ou "extrême-orient" communément usitée, nous ferait presque oublier que nous sommes tous - à quelques exceptions près - l’ouest, l’est, le nord, le sud de quelqu’un.
    Ces "régions" - aux frontières mouvantes - sont le résultat d’une lecture géographique dominante, s’imposant au gré des divers rapports de forces qui régissent la planète Terre, la géographie n’y coupant pas.

    Philippe Pelletier, professeur de géographie à l’Université Lyon 2, s’efforce dans cette conférence donnée à l’occasion des Géopolitiques de Brest 2014 de mettre en lumière, grâce aux outils de la géographie et à travers l’histoire et la mythologie de la région, les processus géopolitiques et historiques qui ont mené à l’invention de la notion géographique d’Extrême-Orient.


  • Philippe Urvois : Bugaled Breiz, la montée progressive du soupçon

  • ×fermer

    Philippe Urvois : Bugaled Breiz, la montée progressive du soupçon

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Le 15 janvier 2004, le chalutier Bugaled Breizh coule subitement au large du cap Lizard. L’origine de l’accident n’est pas claire et des zones d’ombre émergées de l’affaire suscitent rapidement l’intérêt des journalistes, qui posent à leur tour des questions sans réponses. Parmi eux, Philippe Urvois (Le Marin , Chasse-marée), qui à force d’essayer en vain de rétablir les faits, finit par se lancer dans un long travail d’investigation étalé sur plusieurs années.

    Ce personnage à la recherche de la vérité captive l’attention de l’artiste brestoise, Marie-Michèle Lucas. Il en est né un entretien singulier dans lequel s’entremêlent la poésie, le témoignage d’un journaliste d’enquête déterminé et minutieux, quelques réflexions sur notre société, ainsi qu’un retour sur des circonstances encore non-élucidées du fameux naufrage.

    1 - Le naufrage, une force exogène

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Le 15 janvier 2004, le chalutier Bugaled Breizh coule subitement au large du cap Lizard. L’origine de l’accident n’est pas claire et des zones d’ombre émergées de l’affaire suscitent rapidement l’intérêt des journalistes, qui posent à leur tour des questions sans réponses. Parmi eux, Philippe Urvois (Le Marin , Chasse-marée), qui à force d’essayer en vain de rétablir les faits, finit par se lancer dans un long travail d’investigation étalé sur plusieurs années.

    Ce personnage à la recherche de la vérité captive l’attention de l’artiste brestoise, Marie-Michèle Lucas. Il en est né un entretien singulier dans lequel s’entremêlent la poésie, le témoignage d’un journaliste d’enquête déterminé et minutieux, quelques réflexions sur notre société, ainsi qu’un retour sur des circonstances encore non-élucidées du fameux naufrage.

    2 - Le métier de journaliste d’investigation

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Le 15 janvier 2004, le chalutier Bugaled Breizh coule subitement au large du cap Lizard. L’origine de l’accident n’est pas claire et des zones d’ombre émergées de l’affaire suscitent rapidement l’intérêt des journalistes, qui posent à leur tour des questions sans réponses. Parmi eux, Philippe Urvois (Le Marin , Chasse-marée), qui à force d’essayer en vain de rétablir les faits, finit par se lancer dans un long travail d’investigation étalé sur plusieurs années.

    Ce personnage à la recherche de la vérité captive l’attention de l’artiste brestoise, Marie-Michèle Lucas. Il en est né un entretien singulier dans lequel s’entremêlent la poésie, le témoignage d’un journaliste d’enquête déterminé et minutieux, quelques réflexions sur notre société, ainsi qu’un retour sur des circonstances encore non-élucidées du fameux naufrage.

    3 - Un conflit de légitimité

  • Pierre Bodenez : L’alcool, une drogue comme une autre ?

    1 h 12
  • ×fermer

    Pierre Bodenez : L’alcool, une drogue comme une autre ?

    1 h 12 - 2013

    A l’occasion du Défi Brestois 2013, les lundis de la santé organisaient une conférence sur l’alcool, tenue par le Dr Pierre Bodenez le 14 octobre 2013.
    L’alcool, dont la consommation est légale, est souvent mis à part des autres drogues. Cette conférence est cependant l’occasion de redessiner le lien de l’alcool avec les drogues illicites et d’établir des comparaisons, tant du point de vue de la dépendance psychique et physique que des mécanismes de déclenchement de l’addiction et de la réception sociale de cette drogue.


  • Pourquoi désirer l’impossible ?

    1 h 29
  • ×fermer

    Pourquoi désirer l’impossible ?

    1 h 29 - 2013

    Vous avez loupé la première des rencontres philosophiques de l’Harteloire de cette année, et vous désirez l’écouter ? Cela n’est pas impossible. Si par contre vous désirez rendre un rond carré, cela va poser des problèmes... comme vous le prouveront avec pédagogie les jeunes philosophes de cette rencontre, dont le thème était « pourquoi désirer l’impossible ? ». Cette rencontre là fut riche en joutes verbales, et pour cause, voyez la brochette de philosophes illustres qui y a participé : Socrate, Epicure, Hegel et Sartre, avec, en invité surprise, l’insolent sophiste Calliclès.
    En se mettant dans la peau de ces penseurs, les élèves de terminale du lycée de l’Harteloire ont produit une réflexion riche dans son déroulement et dans ses références, appuyés dans cette entreprise par l’intervention de Matthieu Gallou, professeur de philosophie à la faculté Victor Segalen.


  • Renaud de Heyn : Petite bonne du Rif

    28 min 07
  • ×fermer

    Renaud de Heyn : Petite bonne du Rif

    28 min 07 - 2013

    Le Maroc a ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant de 1959. Or, en 2013, quelques dizaines de milliers de jeunes filles continuent de travailler comme domestiques chez des particuliers en toute illégalité, malgré les lois et les programmes socio-économiques mis en place.

    Oufipo rencontre Renaud de Heyn, auteur de bande dessinée travaillant avec la revue XXI qui a publié en 2012 l’album Soraïa (éditions Casterman), récit du vécu d’une jeune adolescente "employée" comme petite bonne par une famille bourgeoise de la ville de Tétouan.

    Comment aborder le problème de l’exploitation des enfants et du travail forcé au Maroc en tant qu’étranger et en respectant la culture du pays ? Qu’en est-t-il de la scène de bande dessinée engagée dans un pays où il n’est pas coutume de parler de la sphère privée en public ?

    Entretien réalisé le 15 juin 2013 à l’occasion du festival Carnets de voyage. 


  • Rencontre avec Annick Cojean

    52 min 07
  • ×fermer

    Rencontre avec Annick Cojean

    52 min 07 - 2013

    Entretien à la librairie Dialogues avec le grand reporter Annick Cojean, originaire de Brest. La journaliste du Monde revient sur son enquête en Libye, qui par la force des rencontres, est devenue un livre, Les proies, dans le harem de Kadhafi (Grasset, 2012). La lauréate du prix Albert Londres 1996 révèle l’information qui dérange, les viols de milliers de femmes, au cœur du système de l’ancien dictateur Mouammar Kadhafi.


  • Rencontre avec Antoine Sfeir

    38 min 59
  • ×fermer

    Rencontre avec Antoine Sfeir

    38 min 59 - 2013

    Antoine Sfeir, politologue français né au Liban, auteur de L’islam contre l’islam, l’interminable guerre des Chiites et des Sunnites (Grasset, 2013), est un spécialiste du Moyen-Orient qui étudie notamment l’islam dans sa dimension géopolitique. Dans cette conférence donnée à la librairie Dialogues le 4 octobre 2013, il revient sur l’origine de la division entre chiisme et sunnisme au VIIe siècle, et expose la façon dont cette scission influe toujours et encore sur les rapports de force et les relations diplomatiques dans certaines régions du monde.


  • Rencontre avec Denise Vuillon

    43 min 27
  • ×fermer

    Rencontre avec Denise Vuillon

    43 min 27 - 2012

    Denise Vuillon fut la créatrice avec son mari Daniel Vuillon de la première AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) de France en 2001. Depuis, la petite graine a germée, envahie la France et Denise Vuillon vient présenter à la Librairie Dialogues, dans le cadre des rendez-vous du réseau de l’Economie Sociale et Solidaire de la Ville de Brest, son livre L’histoire de la première AMAP (édition L’Harmattan, 2011) dans lequel elle relate son expérience et recueille des témoignages de pratiques similaires ayant éclos par la suite. Une expérience locale, symbole d’utopies rurales et d’alternatives économiques toujours réinventées, qui aura marqué la décennie qui vient de s’écouler. De quoi vous interpeller à l’heure de la mondialisation...


  • Rencontre avec Jean-François Dubost

    1 h 04 min
  • ×fermer

    Rencontre avec Jean-François Dubost

    1 h 04 min - 2012

    À l’heure où le continent africain connaît l’insurrection dans certains pays et la guerre civile dans d’autres, les réfugiés politiques ne se comptent pas sur les doigts d’une main. Ils sont actuellement plus de 16 millions à connaître l’exil, souvent dans des pays voisins du leur, contrairement aux idées reçues. Pourtant, l’image actuelle des réfugiés entretenue par l’Occident porte à croire le contraire.
    Tandis que les acteurs politiques tentent d’entretenir la peur, Jean-François Dubost venait témoigner, le vendredi 17 février à la librairie Dialogues, d’une réalité à laquelle il a été confronté pour l’écriture de l’ouvrage Réfugiés, un scandale planétaire (éditions Autrement). Conçu à l’occasion des 50 ans d’Amnesty International, ce livre avance entre autre dix propositions de l’ONG pour sortir d’une logique protectionniste, afin que le droit d’asile redevienne une réalité.


  • Rencontre avec Mikaël Garnier-Lavalley

    1 h 30 min
  • ×fermer

    Rencontre avec Mikaël Garnier-Lavalley

    1 h 30 min - 2012

    Parce que les collectifs restent soudés sur le terrain, les auteurs de 10 raisons d’aimer (ou pas) l’éducation populaire sont venus en force présenter leur ouvrage à la librairie Dialogues de Brest, le 29 février 2012. Étaient présents Mikaël Garnier-Lavalley et Grégory Huchon, l’un délégué national de l’ANACEJ (Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes) et secrétaire général du CNAJEP (Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire) et l’autre ancien vice-président du CNAJEP et à présent salarié dans l’économie sociale et solidaire en Bretagne. Le débat fut animé, les interrogations étaient nombreuses et la volonté tenace de percer le "mystère" de cette fameuse éducation populaire. L’occasion d’écouter quelques témoignages d’un pays en mouvement.


  • Rencontre avec Sorj Chalandon

    42 min 31
  • ×fermer

    Rencontre avec Sorj Chalandon

    42 min 31 - 2014

    Journaliste à Libération pendant de nombreuses années, Sorj Chalandon a longtemps été reporter de guerre pour le journal, jusqu’à la prise de conscience de l’impact qu’avait la guerre sur lui.
    Contrairement à son personnage Georges dans Le quatrième mur, hapé par la guerre du Liban, Sorj Chalandon décide – avant qu’il ne soit trop tard – d’arrêter le reportage de guerre.
    Son métier de grand reporter l’a mené sur des scènes sanglantes et malheureusement célèbres de l’histoire. Témoin au lendemain des massacres de Sabra et Chatila, son livre Le quatrième mur témoigne d’un besoin, après avoir écrit en sa qualité de journaliste, d’exprimer en son nom, 30 ans plus tard, les questionnements et les doutes que cette expérience a remués en lui.
    Une rencontre enregistrée à la librairie Dialogues en janvier 2014.


  • Rencontre avec Véronique Griner-Abraham

    52 min 31
  • ×fermer

    Rencontre avec Véronique Griner-Abraham

    52 min 31 - 2014

    Véronique Griner-Abraham est toujours en retard. Depuis quinze ans, ses patients, ceux qui ont acquis un « savoir du temps », ont appris à l’attendre. « Elle ne fait que les vieux », les déments, les déprimés, les déboussolés dont V. G.-A. se délecte des bons mots, qu’elle a collectés avec humour et tendresse au fil des années et qu’elle nous offre dans son ouvrage Vieillissimo. Aux personnes qui s’inquiètent de l’aspect morose de son travail, elle répond « les gens heureux n’ont pas d’humour ».

    Véronique Griner-Abraham était à la librairie Dialogues le 30 avril 2014.


  • Sergueï Buntman : L’esprit de résistance de la radio l’Echo de Moscou

    1 h 21
  • ×fermer

    Sergueï Buntman : L’esprit de résistance de la radio l’Echo de Moscou

    1 h 21 - 2013

    En 1990 en URSS, un groupe de jeunes journalistes lance une idée singulière : créer une radio libre, indépendante et moderne dans un pays en pleine évolution mais où la propagande et le mensonge sont encore la norme.
    Tout est neuf dans le projet : ses membres fondateurs comptent peu de journalistes expérimentés, car en URSS l’expérience est un apprentissage de la censure ; et la seule idée de créer une radio où les journalistes peuvent y dire ce qu’ils veulent paraît fou dans le milieu médiatique soviétique.
    Mais l’Echo de Moscou voit le jour le 22 août 1990 et Sergueï Buntman, qui a alors déjà brièvement travaillé à Radio Moscou International, en fait partie.

    Sergueï Buntman était invité au dixième festival Longueur d’ondes, pour raconter, à l’aide d’archives sonores, la création de cette radio et l’état d’esprit qui a présidé à sa naissance.


  • Une heure/Une œuvre : La partie de cartes

    48 min 09
  • ×fermer

    Une heure/Une œuvre : La partie de cartes

    48 min 09 - 2011

    Comme chaque mois au musée des Beaux-Arts à Brest, une œuvre de la collection du Musée est décortiquée pendant une heure. Le lundi 30 mai 2011, Françoise Daniel, conservatrice en chef du Musée, consacrait cette séquence à l’étude approfondie de La partie de cartes (1924) de Pierre de Belay (1890-1947). Un peintre originaire de Quimper, totalement autodidacte, observateur attentif des courants picturaux de l’époque (fauvisme, cubisme, surréalisme), qui n’oublia pas de tracer sa propre voie.


  • Valentine Vermeil : Bab-El

    20 min 33
  • ×fermer

    Valentine Vermeil : Bab-El

    20 min 33 - 2014

    Valentine Vermeil est allée en Israël avec dans la tête tous les stéréotypes de la Terre Sainte et de l’orientalisme. Sur place, elle découvre tout autre chose. La violence d’un conflit latent, interminable, d’une culture qui se referme sur elle-même mais aussi les beaux moments qui, malgré tout, naissent sur ce territoire. Son travail s’est modifié et s’est construit à la vitesse de la découverte de ce lieu et de sa réalité.

    Cérémonie de fiançailles, manœuvres militaires ou scènes de rue ordinaires. Chaque événement, et chaque prise de vue dit quelque chose de l’atmosphère qui règne en ce lieu. Valentine Vermeil présentait son exposition, intitulée Bab-El, au Centre Atlantique de la Photographie à Brest en janvier et février 2014 lors d’une exposition commune avec Alexis Cordesse.


  • Véronique Griner-Abraham

    5 min 43
  • ×fermer

    Véronique Griner-Abraham

    5 min 43 - 2014

    Peut-être est-ce parce qu’elle est psychiatre… Véronique Griner-Abraham ne perd jamais l’occasion d’approfondir une réflexion : avoir conscience de la brièveté du bonheur, avouer ses "assises narcissiques fragiles", se souvenir du cauchemar de la robe à pois.
    Quand une écrivain-psychiatre s’allonge sur le divan...


  • Véronique Griner-Abraham : "Les vieux monsieurs m’intéressent"

    29 min 46
  • ×fermer

    Véronique Griner-Abraham : "Les vieux monsieurs m’intéressent"

    29 min 46 - 2014

    Pour nous parler de l’écriture de son dernier ouvrage Vieillissimo, Véronique Griner-Abraham veille à choisir ses mots, prend son temps, comme elle prend le temps d’écouter ses patients dont elle consigne soigneusement les histoires. Dans son livre, avec malice et tendresse, elle dévoile ses trésors et nous cède quelques pépites.

    Au micro d’Oufipo, elle raconte les choix qu’elle a fait pour, à partir de cette matière brute, en arriver à un objet somme toute littéraire. Car pour leur rendre leurs souvenirs, elle a dû prêter à "ses vieux" des personnages et des récits parfois romancés mais toujours fidèles à ce qu’elle a perçu en eux.


  • Voix d’ici – La faculté Victor Segalen (Brest) en mémoires

    1 h 06
  • ×fermer

    Voix d’ici – La faculté Victor Segalen (Brest) en mémoires

    Anne-Claire Lainé et Stéphanie Brulé-Josso

    1h 06 - 2011

    Les quarante ans d’une Université (l’Université de Bretagne Occidentale à Brest) à travers le prisme de sa fac des lettres et des sciences humaines. Une aventure intellectuelle par celles et ceux qui l’ont faite et la font.


  • Yves Le Du

    3 fois plus ou moins 20 minutes
  • ×fermer

    Yves Le Du

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2014

    Jeune, Yves Le Du était un peu perdu, et puis il a découvert la danse. Autoproclamé « analphabète du corps », il apprend à se redécouvrir au travers de cet art.
    Depuis, Yves Le Du est devenu enseignant et amène depuis 28 ans ses petits élèves de l’école de Bohars à s’exprimer par la danse. Un art nouveau pour les enfants comme pour les parents et surtout pour l’institution scolaire. Une pratique qui a permis aux enfants de découvrir leurs propres ressources ainsi que celles du groupe qu’ils créent. Un véritable facteur d’épanouissement pour des enfants perdu dans l’univers parfois trop rigide de l’école.
    Une profession de foi en faveur de l’enseignement des arts à l’école, car l’art et l’éducation sont indissociables.

    1 - Les années d’apprentissage

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2014

    Jeune, Yves Le Du était un peu perdu, et puis il a découvert la danse. Autoproclamé « analphabète du corps », il apprend à se redécouvrir au travers de cet art.
    Depuis, Yves Le Du est devenu enseignant et amène depuis 28 ans ses petits élèves de l’école de Bohars à s’exprimer par la danse. Un art nouveau pour les enfants comme pour les parents et surtout pour l’institution scolaire. Une pratique qui a permis aux enfants de découvrir leurs propres ressources ainsi que celles du groupe qu’ils créent. Un véritable facteur d’épanouissement pour des enfants perdu dans l’univers parfois trop rigide de l’école.
    Une profession de foi en faveur de l’enseignement des arts à l’école, car l’art et l’éducation sont indissociables.

    2 - Danser avec les enfants

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2014

    Jeune, Yves Le Du était un peu perdu, et puis il a découvert la danse. Autoproclamé « analphabète du corps », il apprend à se redécouvrir au travers de cet art.
    Depuis, Yves Le Du est devenu enseignant et amène depuis 28 ans ses petits élèves de l’école de Bohars à s’exprimer par la danse. Un art nouveau pour les enfants comme pour les parents et surtout pour l’institution scolaire. Une pratique qui a permis aux enfants de découvrir leurs propres ressources ainsi que celles du groupe qu’ils créent. Un véritable facteur d’épanouissement pour des enfants perdu dans l’univers parfois trop rigide de l’école.
    Une profession de foi en faveur de l’enseignement des arts à l’école, car l’art et l’éducation sont indissociables.

    3 - La suite des projets



Podcaster cette catégorie | Ecouter tous les sons
accueil contact liens en savoir plus ou mieux comprendre