Pour la beauté du mot, du geste et de ce que deux personnes peuvent se dire. Trois moments, trois indices, un dialogue. Un portrait. En trompe-l’œil ? À voix nue ? À découvert.

  • André Léocat

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    André Léocat

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Andre Léocat, peintre et poète de son état, a pour particularité de ne jamais prendre la voie la plus directe. Arrivé à la peinture en autodidacte, après des études scientifiques et la possibilité d’une carrière sportive, il revient dans la foulée à ses origines brestoises, après un passage par la capitale.

    Cet artiste hétéroclite recevait Françoise Daniel et Oufipo chez lui à Logonna-Daoulas en juillet 2013, le temps d’un portrait plus radiophonique que pictural.

    Il nous fait savamment partager sa connaissance de la peinture, et tout en se racontant, lève clichés et lieux communs sur les grandes figures de l’histoire de l’art.

    1 - L’intimité picturale
    2 - Itinéraire d’un autodidacte
    3 - Stratégie pour un tableau
  • Angélique Ionatos / Hasna El Becharia / Katerina Fotinaki

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Angélique Ionatos / Hasna El Becharia / Katerina Fotinaki

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Trois chanteuses.
    Trois guitaristes hors pair.
    Et trois femmes bien sûr.

    Elles étaient au Quartz à Brest dans le cadre du festival No Border le 13 décembre 2012. L’une est algérienne et les deux autres sont grecques. Toutes trois habitent et vivent de leur musique en France.

    Angélique Ionatos a fui la dictature des colonels en 1969, Hasna El Becharia a fui une société lui interdisant de jouer du guembri et Katerina Fotinaki a fui la crise économique qui paralyse le monde musical en Grèce.

    Trois voix.
    Trois engagements indispensables.
    Et trois femmes simples à la force tranquille.

    1 - Angélique Ionatos
    2 - Hasna El Becharia
    3 - Katerina Fotinaki
  • Anne Mœglin-Delcroix : Se livrer... tout un art

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Anne Mœglin-Delcroix : Se livrer... tout un art

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Anne Mœglin-Delcroix, académiquement parlant, est l’image de la réussite : ancienne élève de l’École Normale Supérieure puis enseignante renommée à la Sorbonne, elle eut aussi la chance de travailler à la Bibliothèque Nationale de France. Intellectuellement parlant, c’est une humaniste qui parle, pense, doute, analyse et nourrit sans cesse sa réflexion sur l’art contemporain, tentant de faire le pont entre l’ébullition novatrice des années 1960 et 1970 et l’art tel qu’il nous est présenté aujourd’hui.

    Humainement, c’est une femme qui cherche un sens à son existence, tentant de créer du lien, de transmettre, toujours avec une certaine humilité, parfois faisant preuve d’une étonnante spontanéité.

    Tandis que la philosophe et son intervieweuse, l’artiste Marie-Michèle Lucas, cheminent en corps et en mots dans la ville de Brest, les tensions peu à peu se libèrent, la pensée circule librement, jusqu’à ce que le soleil éclaire les dernières paroles échangées, sur la banquette du Cap Horn à quelques minutes du départ.

    1 - Au sujet des livres réalisés par les artistes depuis 1950
    2 - L’art contemporain avec ses points d’interrogation
    3 - Une vie en proximité d’artistes
  • Arlette Gautier

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Arlette Gautier

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Originaire d’Épinay-sur-Seine, une ville populaire de la banlieue parisienne, Arlette Gautier s’est retrouvée assez tôt confrontée à une autre réalité, celle des grandes écoles où ses mini-jupes juraient sur fond de tailleurs impeccables. Cette prise de conscience sociale se révèle vite être un atout. Elle se démarque et, au cours de ses études, développe un fort intérêt pour la question féminine. Elle s’attache à des sujets amples et difficiles : l’esclavage des femmes dans les pays en développement et en situation post-coloniale ou la diversité des politiques liées à la procréation. En suivant cette voie indépendante - sur le plan de la recherche comme dans sa manière de travailler - l’enseignante-chercheuse raconte comment elle s’est trouvée confrontée à maintes critiques. Sans jamais baisser les bras.

    1 - Quant à son parcours de femme
    2 - Quant à la place des femmes dans sa carrière
    3 - Quant à la situation actuelle des femmes dans le monde
  • Bernard Lotti

    3 fois plus ou moins 20 min
    ×fermer

    Bernard Lotti

    3 fois plus ou moins 20 min - 2015

    Pour cette Rencontre Oufipo enregistrée en public au sein de la mediathèque Saint-Marc, Jean-Manuel Warnet et Jean-Luc Germain recevaient Bernard Lotti. Dans ce portrait radiophonique, le metteur en scène brestois revient sur la formation de sa pratique et de son regard théâtral. Il rend compte de sa passion pour Molière, des rencontres qui l’ont marqué et des lieux qui lui sont chers - Brest et l’Italie -. Cet amoureux des planches nous transmet joyeusement des moments d’exaltations et autant d’instants de vie qui retracent un parcours atypique, exemplaire et attachant.

    1 - L’ami Molière
    2 - L’instant d’une vie
    3 - Compagnonnages
  • Bertrand Belin / Michel Cloup / Philippe Poirier : Le rock sans rôle

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Bertrand Belin / Michel Cloup / Philippe Poirier : Le rock sans rôle

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Peut-on rocker lorsque l’on chante en français et que l’on porte, qui plus est, un nom des plus français ? Si Jean-Philippe Smet, Claude Moine et Hervé Forneri n’avaient pas choisi un nom de scène absurde, cela aurait-il changé leur musique ? Auraient-ils été programmés à la Carène ?

    Quoiqu’il en soit Michel Cloup, Philippe Poirier et Bertrand Belin étaient, eux, au programme de la SMAC brestoise en février et mars 2012. L’occasion de réaliser un portrait croisé et très personnel de trois artistes lancés chacun parallèlement dans une carrière solo à la découverte de "leur" face cachée du rock français, après diverses expériences de groupe (Stompin’ Crawfish pour Belin, Diabologum pour Cloup et Kat Onoma pour Poirier).

    Bertrand Belin
    Michel Cloup
    Philippe Poirier
  • Chanteuses Féministes : Claude Michèle / Les Foufies / l’Espèce de chorale

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Chanteuses Féministes : Claude Michèle / Les Foufies / l’Espèce de chorale

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Brigitte Millet, enregistreur dans le sac, part à la rencontre de quelques chanteuses et musiciennes féministes du Finistère : Claude Michel, Les Foufies et Espèce de chorale. Elles parlent de leur engagement, de la composition et avant tout des textes qui évoquent le vécu de femmes dans la société française où le machisme et le sexisme se portent à merveille. " Quelque chose qui est dit avec la chanson, ça passe mieux que si on le dit on faisant tout un baratin. " explique Claude Michel en enfilant les bretelles de son accordéon.

    1 - Claude Michel
    2 - Les Foufies
    3 - Espèce de chorale
  • Charles Muzy et le Vauban

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Charles Muzy et le Vauban

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Charles Muzy a grandi au Vauban. Le Vauban a grandi avec Charles Muzy.

    A l’occasion des cinquante ans de la mythique salle de concerts/brasserie/hôtel de Brest, Oufipo tente un portrait radiophonique du lieu et du maître du lieu. Car, comment dissocier les deux ?

    Entre la Corse familiale, Léo Ferré, les travaux, le livre d’or, Miossec, Archie Shepp, les rêves de carrières avortés et la vie, Charles Muzy nous plonge dans une certaine histoire brestoise, mais aussi dans une histoire plus personnelle.

    Les vies d’artistes ne sont pas forcément celles qu’on imagine.

    1 - Une histoire du lieu
    2 - Une vie
    3 - Le livre d’or
  • Christian Campion

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Christian Campion

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Une plume qui refuse de s’exprimer par le "je" mais qui glisse pourtant la subjectivité de son regard entre les lignes de ses écrits.

    Un promeneur qui découvre Brest en évitant les grands axes et les chemins tout tracés.

    Un observateur qui contemple la ville sans s’attarder sur les questions de perspective et en se moquant de la dichotomie entre le réel et l’imaginaire.

    Ce portrait radiophonique de Christian Campion par Marie-Michèle Lucas ne parle pas de la carrière ou du vécu de l’homme, mais dépeint l’écrivain sous les traits de la ville qu’il regarde, qu’il scrute et via le livre Brest qu’il a publié avec le photographe Franck Bétermin (Éditions Le Télégramme, 2012).

    1 - Brest, redécouverte
    2 - Un regard sur l’Arsenal
    3 - L’atelier de l’écrivain
  • Christian Chesnot

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Christian Chesnot

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Christian Chesnot est journaliste à France Inter. Spécialiste du Moyen-Orient, il arpente depuis vingt ans ces territoires, de la Jordanie au Qatar, en passant par le Liban ou l’Irak (où il fut pris en otage en 2004, en compagnie de son collègue Georges Malbrunot).

    Christian Chesnot a pour principe premier la présence nécessaire et irremplaçable du journaliste sur le terrain. Aucun article, aucune enquête ne serait être aussi pertinente que lorsque son auteur a lui même éprouvé – sur place – la complexité de la situation.

    Il revient dans cet entretien sur ses débuts au Maghreb, sa passion pour le Moyen-Orient et le métier de journaliste ainsi que sur son quotidien d’otage durant les quatre mois qu’a duré sa détention.

    Chirurgien de l’information
    Routine de la captivité
    Une analyse du Moyen-Orient
  • Christian Perros

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Christian Perros

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Saint-Cadou dans les Monts d’Arrée. C’est un samedi après-midi de décembre 2012. Rencontre avec Christian Perros qui fut l’un des premiers éleveurs bio dans le Finistère au tout début des années 1990 ; il est aujourd’hui salarié agricole. On trouve refuge au Pub Saint-Hubert qui peu à peu se remplit. Il nous raconte son parcours, ce qu’est sa vie au quotidien, son attachement à ce territoire à l’écart, à la langue et la culture bretonnes. Définitivement, il a choisi de vivre et travailler au pays.

    1 - Naître et rester dans les Monts d’Arrée
    2 - Être paysan, éleveur, ouvrier agricole
    3 - Voir au-delà de son champ
  • Christophe Rocher

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Christophe Rocher

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Compositeur, improvisateur, clarinettiste, directeur artistique de l’Ensemble Nautilis et fondateur de l’association Penn Ar Jazz, Christophe Rocher ouvre ses propres voies musicales tout en s’inspirant de partitions de grands maîtres et en utilisant son esprit scientifique (l’homme est un ancien ingénieur).

    Si "la musique est un exercice d’arithmétique inconscient où l’esprit ne réalise pas qu’il compte", comme le disait Leibniz, le musicien peut alors s’affranchir des mathématiques pour composer une musique libre de rythmicités reçues et d’idiomes sonores.

    Le 2 novembre 2012, Oufipo rencontrait Christophe Rocher pour un portrait radiophonique en trois temps.

    1 - L’improvisation
    2 - Les influences
    3 - La musique mathématique
  • Daniel Cotty

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Daniel Cotty

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    "J’ai rencontré les Cotty, comme des milliers de touristes, un été, dans la ferme-camping de Croas Men à Plouigneau. J’ai discuté avec toute la famille, d’agriculture, de tourisme, de cidre, de sculpture et de fest-noz. Daniel Cotty est un agriculteur ingénieux, curieux et créatif, en recherche perpétuelle de savoir, de savoir-faire, d’expression artistique et de transmission. Il nous raconte, avec humilité, une vie d’agriculteur complexe, extraordinairement riche, où s’exprime la tension entre une destinée inéluctable et l’aspiration vers un ailleurs."

    Un portrait réalisé par Romain Cayla pour Oufipo.

    1-Devenir agriculteur
    2-Être agriculteur
    3-En dehors de et après l’agriculture
  • Didier Labouche

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Didier Labouche

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Comment passe-t-on de globe-trotter "aux semelles de vent", à directeur d’une librairie à Brest ?
    Entre deux voyages en Russie, au Mexique, en Chine ou en Ouzbékistan, Didier Labouche retrouve toujours son port d’attache brestois. C’est là qu’il décide, en 2004, de créer la Librairie-café des voyageurs, point de rencontre des nomades en tout genre. Pendant quelques années, ce voyageur invétéré a ainsi rangé son sac à dos pour faire vivre cette initiative originale.
    La librairie est devenue à présent un lieu de rendez-vous pour les curieux du monde et compte ses habitués. Didier Labouche a pu remettre ses chaussures de marche et repartir pour quelque itinérance exotique tout en s’investissant pleinement dans son autre grand projet : la maison d’édition Géorama, qu’il avait fondée en 1999.
    Retour en trois volets sur une vie pleine de pérégrinations.

    L’apprenti voyageur
    La librairie
    Les éditions Géorama et le temps du voyage
  • Erik Marchand

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Erik Marchand

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    À Poullaouen en janvier 2011. Temps maussade, voix pleine d’éclat. L’entrain d’un clarinettiste, les eaux fortes d’un chanteur et le héraut de la musique modale. Un chantre de ces musiques que l’on qualifie, à tort ou raison, de populaires.

    1- Manu Kerjean et les débuts

    Site de l’association DROM

    2- Madame Bertrand et la modalité

    Site de l’association DROM

    3- Son ar vot et la politique

    Site de l’association DROM

  • Erwan Keravec

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Erwan Keravec

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2014

    Erwan Keravec commence tôt la cornemuse, et fait ses armes en bagad, comme de normal, où il forme un couple de sonneur avec son frère, joueur de bombarde.
    Petit à petit, au hasard des rencontres, le jeune Erwan Keravec s’essaie à sortir de la musique bretonne et pousse son instrument vers d’autres sonorités. « Il faut d’abord que tu trouves ton son », lui dit son ami Georges, luthier, avant de lui faire essayer ses instruments. Aujourd’hui Erwan Keravec a trouvé son son mais ne s’empêche pas
    pour autant d’aller explorer d’autres horizons, des musiques contemporaines à la danse.

    1 - Les débuts
    2 - L’improvisation libre
    3 - La musique contemporaine
  • Femmes de son (Véronique Macary / Alice Calm / Anne Kerléo)

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Femmes de son (Véronique Macary / Alice Calm / Anne Kerléo)

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    Elles sont trois. Elles sont venues au 9e festival de la radio et de l’écoute Longueur d’ondes pour tendre l’oreille, parce qu’elles travaillent toutes trois en lien avec le monde de la radio et qu’elles ont l’habitude de tendre le micro vers les autres.

    Sur leur route s’est trouvée Brigitte Millet, qui, pour Oufipo, entame une collection de portraits radiophoniques autour des femmes. Cette fois-ci c’est donc vers elles qu’un micro a été tendu. Chacune évoque sa vie avec la radio, sa vie de femme dans cet univers sonore. Chacune avec son timbre. Chacune avec sa voix et son histoire.

    Trois manières différentes de voir et d’écouter : la première est productrice audio, la deuxième est artiste sonore et la dernière est journaliste radio à RCF.

    Alice Calm - 12 min 50
    Anne Kerléo - 13 min 54
    Veronique Macary - 7 min 24
  • Femmes politiques : Valérie Pau / Yvonne Lagadec / Marif Loussouarn

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Femmes politiques : Valérie Pau / Yvonne Lagadec / Marif Loussouarn

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    À l’heure où la parité est au centre des débats, voilà trois entretiens consacrés à des femmes qui s’investissent politiquement dans la ville de Brest. Chacune à leur façon, elles racontent leur parcours et leur manière de s’engager.
    Yvonne Lagadec, communiste et féministe, fit trois mandats à la mairie de Brest à partir de 1977, en tant qu’adjointe aux affaires post et péri-scolaires.
    Valérie Pau, militante syndicale pour la CFDT depuis 1988, est actuellement vice-présidente du Conseil des Prud’hommes de Brest.
    Marif Loussouarn, quant à elle, fut d’abord adjointe à la santé à la municipalité de Brest (1995-2001), puis vice-présidente de Brest Métropole Océane, chargée des transports (2001-2008).

    Des paroles et des expériences locales essentielles qui en disent long sur cet engagement au féminin.

    1 - Valérie Pau
    2 - Yvonne Lagadec
    3 - Marif Loussouarn
  • Françoise Daniel

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Françoise Daniel

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Conservatrice en chef du Musée des Beaux-Arts de Brest de 2002 à 2012, Françoise Daniel y aura laissé une empreinte certaine et indéniable. Quelques jours avant son départ en retraite, Oufipo la rencontrait pour un portrait radiophonique oscillant entre bilan et fascination pour le chemin accompli.

    De ses premières émotions esthétiques et ses débuts dans le milieu de l’art, jusqu’à ses choix de conservatrice et la philosophie qu’elle a essayé d’y défendre, en passant par son expérience fondatrice de directrice de l’École des Beaux-Arts de Quimper, elle nous dépeint en toute simplicité une vie en compagnie de l’art, une vie en compagnie des artistes, et même au delà, une vie dédiée à l’art.

    Avant de nous laisser sur une interrogation finale des plus universelles : comment être fourmi, tout en étant fascinée par les cigales ?

    1 - Des débuts
    2 - Sur le métier et ses choix de conservatrice
    3 - Une vie avec les oeuvres et les artistes
  • Frédérique Lucien : Rivages incertains

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Frédérique Lucien : Rivages incertains

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    Du 30 novembre 2010 au 12 février 2011, se tient au Musée des Beaux-Arts de Brest l’exposition "Introspectives", rétrospective du travail de l’artiste Frédérique Lucien de 1990 à 2009.
    Mené par Marie-Michèle Lucas, la veille du vernissage de l’exposition, cet entretien en trois parties revient sur la création concrète des œuvres présentées. Il se veut ainsi une déambulation avec l’artiste au cœur de cette exposition, de son travail, mais aussi au cœur d’une "cartographie" plus personnelle... Celle d’une admiratrice de l’élément végétal et de la collection.

    1 - Calques additionnés

    site de Frédérique Lucien

    2 - Déambulations "Introspectives"

    site de Frédérique Lucien

    3 - "Suite Horizon"

    site de Frédérique Lucien

  • Gregory Le Bris (la PAM)

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Gregory Le Bris (la PAM)

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2014

    En 1680, le premier imprimeur mandaté par le roi s’installe à Brest. Depuis a fleuri et dépéri une flopée d’imprimeurs. Une seule imprimerie historique est restée, résistant aux nouvelles tendances et aux délocalisations en zone industrielle. La PAM, Papeterie Armoricaine Morlaisienne, installée depuis plusieurs générations rue Pasteur à Brest, est aujourd’hui tenue par Gregory Le Bris, petit-fils de son fondateur.

    Le flair de son grand-père d’abord, puis de son père, a été de garder, malgré tout, les machines d’imprimerie devenue obsolètes. L’imprimerie PAM est aujourd’hui un lieu de coexistence des technologies du passé et des plus modernes, une mémoire de ce qu’était le métier d’imprimeur au siècle dernier. Habituellement fermée au public, la PAM s’est ouverte en janvier 2014 pour cette visite guidée radiophonique du lieu et de son histoire.

    1 - Historique de la PAM
    2 - Passion d’imprimeur
    3 - La grotte lithographique
  • Habitat participatif : des (futurs) habitants

    3 fois plus ou moins vingt minutes
    ×fermer

    Habitat participatif : des (futurs) habitants

    3 fois plus ou moins vingt minutes - 2013

    La propriété individuelle est-elle vraiment le rêve absolu ?

    Réaliser à plusieurs un projet d’habitat, construire ensemble un espace commun, mutualiser son jardin, ses outils, sa tondeuse, sa voiture, voilà une voie alternative entre la promotion privée et le logement social qui se dessine petit à petit en France.

    Dans Brest et sa région, plusieurs projets de ce type ont justement émergé. Brigitte Millet et Romain Cayla sont allés, pour Oufipo, rencontrer des habitants (ou futurs habitants) participatifs :

    - Céline, habitante du projet Ecocum à Lhoperhet
    - Vincent et Delphine, futurs habitants d’un projet d’habitat participatif
    - Nicolas et Aude, futurs habitants d’Ekoumène (habitat partagé citadin)

    1 - Céline (Ecocum)
    2 - Vincent et Delphine
    3 - Nicolas et Aude (Ekoumene)
  • Habitat participatif : des accompagnateurs de projet

    3 fois plus ou moins vingt minutes
    ×fermer

    Habitat participatif : des accompagnateurs de projet

    3 fois plus ou moins vingt minutes - 2013

    La propriété individuelle est-elle vraiment le rêve absolu ?

    Réaliser à plusieurs un projet d’habitat, construire ensemble un espace commun, mutualiser son jardin, ses outils, sa tondeuse, sa voiture, voilà une voie alternative entre la promotion privée et le logement social qui se dessine petit à petit en France.

    Dans Brest et sa région, plusieurs projets de ce type ont justement émergé. Brigitte Millet et Romain Cayla sont allés, pour Oufipo, rencontrer des accompagnateurs de projets d’habitat participatif :

    - Christiane Baumelle animatrice du dispositif "Concon 3S" et auteur de l’ouvrage Des seniors en colocation

    - Philipe Yven du Groupement de Ressources Territoriales du Grand Ouest

    - Nolwenn Lachevre, architecte brestoise

    1 - Christiane Baumelle
    2 - Philippe Yven (GRT)
    3 - Nolwenn Lachevre (architecte)
  • Hervé Gouerou : Du chevet au chevalet

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Hervé Gouerou : Du chevet au chevalet

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2015

    Ce n’est pas étonnant si une multitude de toiles est accrochée aux murs des couloirs du service de gastro-entérologie au sein duquel Hervé Gouerou exerçait. Amateur de peinture, neveu par alliance de Jeanne Laurent (personnage clé de l’histoire de la décentralisation théâtrale et du service public pour la culture), il aimait y offrir de courts instants de contemplation et faire connaître des peintres modernes rares. Originaire du Finistère, Hervé Gouerou est fils de paysan. Il parle breton et cela ne plaît pas aux professeurs. Par chance, le goût pour l’école est confirmé lorsqu’il s’intéresse à la médecine. Parti faire ses études à Paris, il revient épanoui et fier de retrouver sa chère Bretagne. Il activera la création de l’hôpital de la Cavale Blanche à Brest. En 1991, il devient président de la Ligue contre le cancer dans le Finistère. Prévention, dépistage et aide à la recherche sont ses maîtres mots. Convaincre est donc un combat quotidien. Parcours d’un homme engagé et persévérant.

    1- Le départ dans la médecine
    2- Engagement auprès de la Ligue contre le cancer
    3- Médecine et peinture
  • Isabelle Diverchy

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Isabelle Diverchy

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2010

    Palmes académiques : certificat d’aptitude de formation musicale en 1992 ; médaille d’or de clavecin au Conservatoire national de région de Cergy-Pontoise en 1987 ; diplôme d’État de direction de chœur en 1995 ; responsable du département Voix à l’École nationale de musique de Brest entre 1996 et 2002 puis à l’École de musique du Trégor depuis 2002. Chanteuse. Fait partie du quatuor In vivo et organise les Fêtes vocales de Lannion.

    1- Le regard

    Myspace du "Quatuor Vivo"

    2- La nature et les arbres

    Myspace du "Quatuor Vivo"

    3- Le diapason

    Myspace du "Quatuor Vivo"

  • Jean Balcou

    ×fermer

    Jean Balcou

    Originaire du pays de Tréguier, Jean Balcou (professeur émérite de littérature française à l’Université de Bretagne Occidentale) est spécialiste du XVIIIe siècle et des écrivains bretons, en particulier de Ernest Renan auquel il a consacré de nombreux ouvrages. Il dirige notamment la publication de la Correspondance générale d’Ernest Renan (éditions Honoré Champion, 3 volumes parus).

    Daniel Le Guyader a tenté pour Oufipo de dresser un portrait de ce brillant causeur et érudit, grand connaisseur de légendes locales. Mais comment contenir toute cette belle parole en seulement trois fois plus ou moins vingt minutes ?

    1-Les origines
    2-L’université
    3-Ernest Renan
  • Jean-François Coatmeur

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Jean-François Coatmeur

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    L’homme aux vingt-sept romans policiers !
    L’auteur aux multiples récompenses : Grand Prix de la Littérature Policière en 1976 pour Les sirènes de minuit (Denoël, 1976), Prix Mystère de la Critique en 1981 pour La Bavure (Denoël, 1980) et Prix du suspense 1990 pour La Danse des masques (Albin Michel, 1989).

    Jean François Coatmeur est un enfant du pays de Douarnenez, brestois d’adoption depuis bien longtemps déjà. Il a accepté de recevoir Oufipo chez lui pour un portrait radiophonique où il évoque l’entrée de la littérature dans sa vie, la ville de Brest et le travail d’écrivain, puis la philosophie vers laquelle il tend dans sa vie comme dans son œuvre.
    Quand Oufipo mène l’enquête...

    1 - L’entrée en littérature
    2 - Brest
    3 - Le travail d’écrivain et la philosophie
  • Jean-Jacques Monnier

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Jean-Jacques Monnier

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    Le vendredi 21 octobre 2011, Jean-Jacques Monnier accueillait Oufipo chez lui pour un portrait radiophonique mené par Daniel Le Guyader. Conseiller municipal à Lannion, engagé au sein de l’Union Démocratique Bretonne (UDB), auteur du Comportement politique des bretons, 1945-1994 (Presses Universitaires de Rennes, 1994), Résistance et conscience bretonne, 1940-1945 – L’hermine contre la croix gammée (Yoran Embanner, 2007), mais aussi enseignant, romancier et randonneur, Jean-Jacques Monnier partage ici ses années d’initiation au monde politique, son travail intellectuel et ses engagements.

    1 - Les années d’initiation
    2 - Le travail intellectuel
    3 - Les engagements
  • Jean-Luc Bourel

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Jean-Luc Bourel

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Le 9 février 2012, Jean-Luc Bourel accueillait Oufipo chez lui, à Morlaix, pour un portrait radiophonique mené par Daniel Le Guyader. "Je demande à la peinture de me provoquer comme pourrait le faire un paysage inconnu surgi au détour d’un chemin." Comment mieux décrire l’inclassable peinture de Jean-Luc Bourel et ce qu’elle provoque chez son spectateur, si ce n’est en empruntant ses mots ? Des mots fragiles et précieux où, à l’image des ses œuvres, l’univers entier se livre sans se réduire.

    Pour regarder, tout en écoutant, voilà le site de l’artiste.

    1 - Débuts

    Site de Jean-Luc Bourel

    2 - Territoires

    Site de Jean-Luc Bourel

    3 - Oeuvres

    Site de Jean-Luc Bourel

  • Jean-Michel Poupon et Bruno Cochard : deux ex-Sobrena

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Jean-Michel Poupon et Bruno Cochard : deux ex-Sobrena

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Le 15 septembre 2011, François Meunier, PDG de la Société Bretonne de Réparation Navale (Sobrena) faisait état de pertes sèches et d’un carnet de commandes vide malgré un chiffre d’affaires de 50 millions en 2010. Débutait alors un sursis de plusieurs mois (toujours d’actualité à l’heure de ces lignes) pour 238 salariés. Débutait alors une lutte, avec une cabane Place de la Liberté à Brest, un bateau L’espoir II reconstruit pour l’occasion et un cahier bleu pour consigner le tout.

    C’est justement à partir de ce cahier bleu et de cette étrave que Marie-Michèle Lucas a souhaité interviewer pour Oufipo deux ouvriers de la Sobrena, Jean-Michel Poupon et Bruno Cochard, pour qu’ils nous racontent leur lutte, leurs "espoirs", leur cahier, mais surtout leur métier et la dureté d’un quotidien imprévisible qu’ils ne conseillent que peu à leurs enfants... Même si de leurs récits, se dégage une certaine fierté finalement.

    Portrait de deux hommes, l’un tôlier et l’autre logisticien, mais aussi portrait d’un savoir-faire à l’échelle démesurée, celui d’une vie, celui d’une ville...

    1 - L’espoir
    2 - Le cahier bleu
    3 - La forme de radoub
  • Jean-Pierre Thomin

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Jean-Pierre Thomin

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Maire de Landerneau de 1989 à 2008, ancien conseiller régional et général, cofondateur du festival de musique Kann al Loar de Landerneau, Jean-Pierre Thomin aura laissé une empreinte indéniable dans l’histoire locale.

    Ayant aujourd’hui quitté la plupart de ses fonctions, il fait le point sur son engagement en politique et partage des réflexions plus universelles qui l’ont accompagné tout au long de sa carrière sur la scène publique : "les idées qui ne sont pas confrontées à la réalité perdent une partie de leur valeur".

    Un portrait réalisé le 30 octobre 2012 à Brest par Laurent Garroy.

    1 - L’entrée en politique
    2 - La vie partisane / Gouverner
    3 - La sortie de la vie politique
  • Le Défi Brestois et Vie Libre

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Le Défi Brestois et Vie Libre

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Depuis 30 ans, le Défi Brestois organise les "trois jours sans alcool", manifestation de prévention des risques liés à la consommation d’alcool.
    L’association Vie libre a quant à elle vu le jour en 1953. Constituée d’anciens alcooliques et d’abstinents volontaires, elle accompagne toute l’année les personnes dépendantes à l’alcool.
    Loin d’une dénonciation ou d’une moralisation de la consommation d’alcool, les deux associations se sont données pour missions à la fois la prévention et la réflexion autour de l’alcool auprès de toute la population et l’accompagnement des personnes dépendantes ; elles tentent, par un soutien psychologique et non médical apporté aux personnes elles-même ainsi qu’à leur famille, de les amener à diminuer voire à stopper leur consommation d’alcool.

    1 - Yves Pailler du Défi Brestois
    2 - Philippe Villain et Isabelle Lopez de Vie Libre
    3 - Pauline Dano du Défi Brestois
  • Madeleine Louarn

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Madeleine Louarn

    3 fois plus ou moins 20 minutes

    Madeleine Louarn démarre sa carrière en tant qu’éducatrice au sein de l’association Les Genêts d’Or à Morlaix, encadrant des adultes ayant un handicap mental.

    En 1984, elle y crée un atelier de théâtre sans aucune motivation de soin (l’atelier Catalyse).

    Démarre alors une grande aventure humaine et théâtrale qui conduit à la création d’une compagnie professionnelle : L’Entresort.

    Vingt-cinq ans plus tard, avec les mêmes acteurs elle présente Les Oiseaux au Quartz en avril 2013 et s’autorise durant une heure à regarder en arrière et à analyser ce qui peut l’être...

    1 - Les années de formation
    2 - L’atelier Catalyse et l’Entresort
    3 - Le temps
  • Mariana Caetano / Sona Hovhanisyan / Las Hermanas Caronni

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Mariana Caetano / Sona Hovhanisyan / Las Hermanas Caronni

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Mariana Caetano habite en Bretagne, mais son léger accent rappelle son Brésil natal, qui ressurgit aussi dans son rock aux accents latins.

    Sona Hovhanisyan vient d’Arménie, où elle dirige un chœur d’homme, autour de l’œuvre de l’emblématique compositeur arménien Komitas.

    Les sœurs Laura et Gianna Caronni, tout en voix de velour et violoncelle languissant, plongent au cœur de l’Argentine, où il n’y a pas que le tango qui se danse...

    Toutes les quatre ont joué au festival No Border à Brest en décembre 2013.

    Las Hermanas Caronni
    Mariana Caetano
    Sona Hovhanisyan
  • Martin Provost

    2 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Martin Provost

    2 fois plus ou moins 20 minutes - 2013

    Martin Provost s’intéresse aux femmes artistes. Après Séraphine (2008) qui racontait l’histoire de la peintre Séraphine de Senlis, il signe en 2013 Violette, film autour de la vie de l’écrivain Violette Leduc, amie de Simone de Beauvoir. À l’occasion de la sortie du film, ce Brestois d’origine revient au pays pour nous parler de son film (de la genèse à la diffusion), mais aussi de son parcours personnel de Saint-Renan aux Césars...

    1 - La genèse de Violette
    2 - La genèse d’un cinéaste
  • Marylise Lebranchu

    3 fois plus ou moins 20 min
    ×fermer

    Marylise Lebranchu

    3 fois plus ou moins 20 min - 2011

    Députée socialiste de la quatrième circonscription du Finistère depuis 1997, Marylise Lebranchu a été maire de Morlaix, secrétaire d’État aux PME, au Commerce, à l’Artisanat et à la Consommation de 1997 à 2000 puis ministre de la Justice sous le gouvernement Jospin de 2000 à 2002. Entretien d’un 22 juillet 2011 à Morlaix où il est question d’un parcours et des choix personnels qui ont participé à la construction de sa vie politique. Une vie menée tambour battant depuis sa jeunesse où elle fut affublée d’un surnom quelque peu prémonitoire : "Tout va s’arranger".

    1 - S’engager, contester

    site de Marylise Lebranchu

    2 - Militer, concourir, agir au niveau local

    site de Marylise Lebranchu

    3 - Représenter le peuple français, gouverner le pays, gouverner le PS

    site de Marylise Lebranchu

  • Michel Mazéas

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Michel Mazéas

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    Né en 1928. Résistant, enseignant, maire de Douarnenez de 1971 à 1995. Communiste au passé, au présent, au futur. Une vie, une œuvre. Le regard d’un sacré bonhomme sur un vingtième siècle de combats. Jean-Michel Le Boulanger souligne : "Le parti communiste a connu, au cours de ce siècle, trois personnalités majeures qui ont biaisé les cartes électorales. Le Flanchec, appelé Daniel, ou Flanchec, formidable tribun, Jos Pencalet, tonton Jos, responsable du comité local des pêches, très aimé et très respecté, Michel Mazéas, Mich Maz, qui a su s’identifier pleinement à sa ville, à ses contradictions, à ses mouvements. Ce sont ces personnalités, exceptionnelles, plus qu’un appareil et une ligne idéologique, qui, s’imposant aux électeurs, ont doté cette commune d’une image de ville rouge.", Douarnenez de 1800 à nos jours. Essai de géographie historique sur l’identité d’une ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 426

    1 - L’engagement
    2 - Gouverner
    3 - La sortie
  • Nicolas Bouchaud : La loi d’un marcheur

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Nicolas Bouchaud : La loi d’un marcheur

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    Le comédien Nicolas Bouchaud venait interpréter au Quartz les 3 et 4 novembre 2011 La loi du marcheur, un spectacle fondé sur des entretiens menés par Régis Debray avec Serge Daney. L’acteur, qui a imaginé ce spectacle, prend son temps et revient lors de cet échange sur sa perception du théâtre, du cinéma et de la télévision... Avec la figure de Serge Daney en filigrane. Quand celui que l’on surnommait le “ciné-fils” se trouve un fils...

    1 - De l’écrit au théâtre -

    Le spectacle de Nicolas Bouchaud au Quartz

    2 - Du théâtre au cinéma -

    Le spectacle de Nicolas Bouchaud au Quartz

    3 - Du cinéma à la télévision -

    Le spectacle de Nicolas Bouchaud au Quartz

  • Nicolas Fédorenko : Quand la pensée devient chair

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Nicolas Fédorenko : Quand la pensée devient chair

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2015

    Il ne suffit pas de parcourir les œuvres d’un artiste pour le comprendre car elles sont d’abord le support d’une pensée. Françoise Terret-Daniel, présidente du Centre d’art contemporain Passerelle, a rencontré pour Oufipo Nicolas Fédorenko dans son atelier, un ancien garage du Cap Sizun. Son univers artistique explore le dessin, le collage, la sculpture, le design dans l’espace public et la gravure. Professeur aux Beaux Arts de Quimper, fin lecteur, préoccupé par l’art urbain, il évoque ici de multiples références, ses lectures et ses premières influences encore persistantes dans ses œuvres. Avec des affinités surréalistes et quelques touches d’arts bruts et populaires, ses tableaux sont caractérisés par des couleurs vives, aux symboliques percutantes, où l’on peut déceler parfois un certain vocabulaire militant. Le cheminement de sa réflexion porte autour d’une grande question propre à l’artiste : qu’est-ce qui fait tableau, plus que peinture ? Voici le fil sinueux d’un entretien effervescent. Portrait d’un très humain maître de la "pagaille" picturale.

    1 - Les premiers gestes
    2 - Nourrir le tableau
    3 - Pour en finir avec les montagnes
  • Philippe Arrii-Blachette

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Philippe Arrii-Blachette

    Fondateur et directeur artistique de l’ensemble Sillages, violoniste, directeur du programme musical de France Culture de 1985 à 1988 entre autres... Une rencontre que l’homme, passionné de peinture, a souhaité réaliser en déambulant dans le Musée des Beaux-Arts de Brest. Le portrait radiophonique d’un éternel "contemporain" toujours à l’écoute.

    1 - La musique et nous
    2 - La peinture
    3 - A l’écoute
  • Philippe Coquillaud

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Philippe Coquillaud

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2011

    En 1986, le Festival Européen du Film Court de Brest voyait le jour suite à deux Nuits du court métrage organisées au Mac Orlan en 1984 et en 1985, qui ont démontré l’intérêt du public brestois pour ce genre cinématographique. En 1992, Philippe Coquillaud rejoint l’association Côte Ouest, devenue l’organisatrice du festival du film court de Brest, et en devient le directeur en 2000, jusqu’au 31 mars 2011, date à laquelle il donne sa démission. L’occasion de revenir avec lui sur l’histoire d’une association, les différents champs d’action développés (éducation à l’image, concours Estran, diffusion) et l’approfondissement du lien entre Finistère et cinéma. Mais c’est aussi un témoignage indispensable et concret pour comprendre le fonctionnement de toute entreprise associative et culturelle au niveau local, ses difficultés, ses logiques, et surtout pour reconnaître la valeur de son action.

    1 - Histoire (au sein) d’une association

    Site du festival du film court

    2 - Champs d’action

    Site du festival du film court

    3 - Cinéma et finistérité...

    Site du festival du film court

  • Philippe Urvois : Bugaled Breiz, la montée progressive du soupçon

    ×fermer

    Philippe Urvois : Bugaled Breiz, la montée progressive du soupçon

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Le 15 janvier 2004, le chalutier Bugaled Breizh coule subitement au large du cap Lizard. L’origine de l’accident n’est pas claire et des zones d’ombre émergées de l’affaire suscitent rapidement l’intérêt des journalistes, qui posent à leur tour des questions sans réponses. Parmi eux, Philippe Urvois (Le Marin , Chasse-marée), qui à force d’essayer en vain de rétablir les faits, finit par se lancer dans un long travail d’investigation étalé sur plusieurs années.

    Ce personnage à la recherche de la vérité captive l’attention de l’artiste brestoise, Marie-Michèle Lucas. Il en est né un entretien singulier dans lequel s’entremêlent la poésie, le témoignage d’un journaliste d’enquête déterminé et minutieux, quelques réflexions sur notre société, ainsi qu’un retour sur des circonstances encore non-élucidées du fameux naufrage.

    1 - Le naufrage, une force exogène
    2 - Le métier de journaliste d’investigation
    3 - Un conflit de légitimité
  • Raymond Horlo

    3 fois plus ou moins 20 min
    ×fermer

    Raymond Horlo

    3 fois plus ou moins 20 min

    Marie-Michèle Lucas

    Inspiré par le dernier recueil de poèmes de Raymond Horlo, Les sanglots longs des goélands de l’automne, Oufipo a décidé de remonter le fil de la vie de l’artiste plasticien de veine surréaliste creusant le sillon qui mêle l’art et la vie. Trois espaces (le café, le musée, la rade) pour retracer trois mouvements, trois moments, trois symboles du parcours de l’homme, du peintre et du poète. Des cales de navires qui le faisaient rêver petit aux calembours qui l’ont (peut-être) fait devenir adulte, Raymond Horlo se donne à voir et à entendre en écolier fan de rock, en étudiant découvrant Villon, en écrivain se jouant des mots. Des mots pour rire : aux éclats, en coin, au nez des bigots. Des mots pour pleurer aussi : en sourdine, en sanglots longs, en synecdoques et jeux synesthésiques lorsque tout « se casse la gueule ». Des mots noirs sur blanc, des mots illustrés ou des mots sans paroles. Des toiles blanches, des voiles noires et surtout des histoires. À vous de voir...

    1- Comment Claude devient Raymond…
    2- Peindre le monde, peindre la vie...
    3- "Chaque jour, traverse(r) la rade" : l’artiste et Brest
  • René Landuré

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    René Landuré

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2010

    L’air marin donne-t-il envie de sculpter son carnet de voyage dans une pellicule ? "Affirmatif !", aurait pu répondre René Landuré, retraité de la Marine nationale, ou, du moins, c’est ce qu’aurait pu murmurer sa vie à une oreille curieuse. Entre mémoire et perte de la mémoire, René a toujours eu un œil sur l’objectif de la caméra et un autre sur le métal cendré de la Jeanne d’Arc. Un retour d’Ulysse ?

    1 - La Marine nationale
    2 - Filmer
    3 - La mémoire
  • Simon Courvoisier (un village breton en Chine)

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Simon Courvoisier (un village breton en Chine)

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2014

    Construire un village breton en Chine. C’est la drôle d’idée qu’a eue Simon Courvoisier, breton amoureux de la Chine.
    Le projet prend sa source dans une situation tout à fait banale. Simon, cadre quarantenaire expatrié en Chine, décide de tout plaquer et d’aller vivre à la campagne, en s’adonnant à sa passion secrète, la sculpture sur métal. Ce souhait au départ tout à fait personnel se transforme vite en petit business puis en une belle histoire de famille. Simon veut acheter une maison, et voilà qu’on lui propose un village entier. Ni une ni deux, il met de côté ses rêves de retraite paisible et retrouve ses démons du business.
    Ainsi naît avec l’aide de sa sœur et de sa mère, un véritable village breton, avec granit, poulailler, chevaux et vue imprenable sur la campagne.
    Tout cela était sans compter la mafia locale qui ne tarde pas à mettre son nez dans l’affaire. S’ensuit une longue lutte faite de menaces, de bluff, d’intimidation, où toute la famille est mise à rude épreuve. Le retour en France finit par s’imposer, et la famille abandonne le village aux mains de la mafia.
    Aujourd’hui, tous trois vivent sur la retraite de Michelle, la mère, à Brest, en attendant de voir ce qu’il va advenir de leur village.

    1 - La vie en Chine
    2 - Le projet du village
    3 - La désillusion
  • Sylvie Ungauer

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Sylvie Ungauer

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2012

    Le mercredi 11 avril 2012, l’artiste brestoise Sylvie Ungauer recevait Oufipo à domicile pour un portrait radiophonique en trois temps mené par Aurélie Mélac, webmaster du site Documents d’Artistes Bretagne.
    Rencontre avec une artiste contemporaine qui fut l’une des premières à utiliser le site internet comme œuvre d’art et dont le travail chemine entre vidéos, dispositifs et installations pour questionner avec récurrence les réseaux, la technologie, les déplacements, la géographie mais aussi le vêtement. Sa dernière exposition "Dress/Architectures : Prêt-à-Porter" qui se tenait du 10 février au 31 mars 2012 au Centre d’Art Passerelle à Brest révèle à elle seule les principes fondamentaux de la démarche d’une auteur qui n’oublie jamais de questionner le rôle des œuvres d’art dans l’espace public.

    1 - Parcours et thématiques de travail

    Site de Sylvie Ungauer

    2 - Dress/Architectures

    Site de Sylvie Ungauer

    3 - Art et espaces publics

    Site de Sylvie Ungauer

  • Yves Le Du

    3 fois plus ou moins 20 minutes
    ×fermer

    Yves Le Du

    3 fois plus ou moins 20 minutes - 2014

    Jeune, Yves Le Du était un peu perdu, et puis il a découvert la danse. Autoproclamé « analphabète du corps », il apprend à se redécouvrir au travers de cet art.
    Depuis, Yves Le Du est devenu enseignant et amène depuis 28 ans ses petits élèves de l’école de Bohars à s’exprimer par la danse. Un art nouveau pour les enfants comme pour les parents et surtout pour l’institution scolaire. Une pratique qui a permis aux enfants de découvrir leurs propres ressources ainsi que celles du groupe qu’ils créent. Un véritable facteur d’épanouissement pour des enfants perdu dans l’univers parfois trop rigide de l’école.
    Une profession de foi en faveur de l’enseignement des arts à l’école, car l’art et l’éducation sont indissociables.

    1 - Les années d’apprentissage
    2 - Danser avec les enfants
    3 - La suite des projets


accueil contact liens en savoir plus ou mieux comprendre