Nicolas Fédorenko : Quand la pensée devient chair

3 fois plus ou moins 20 minutes - 2015

Il ne suffit pas de parcourir les œuvres d’un artiste pour le comprendre car elles sont d’abord le support d’une pensée. Françoise Terret-Daniel, présidente du Centre d’art contemporain Passerelle, a rencontré pour Oufipo Nicolas Fédorenko dans son atelier, un ancien garage du Cap Sizun. Son univers artistique explore le dessin, le collage, la sculpture, le design dans l’espace public et la gravure. Professeur aux Beaux Arts de Quimper, fin lecteur, préoccupé par l’art urbain, il évoque ici de multiples références, ses lectures et ses premières influences encore persistantes dans ses œuvres. Avec des affinités surréalistes et quelques touches d’arts bruts et populaires, ses tableaux sont caractérisés par des couleurs vives, aux symboliques percutantes, où l’on peut déceler parfois un certain vocabulaire militant. Le cheminement de sa réflexion porte autour d’une grande question propre à l’artiste : qu’est-ce qui fait tableau, plus que peinture ? Voici le fil sinueux d’un entretien effervescent. Portrait d’un très humain maître de la "pagaille" picturale.

1 - Les premiers gestes
2 - Nourrir le tableau
3 - Pour en finir avec les montagnes


accueil contact liens en savoir plus ou mieux comprendre