Raymond Horlo

3 fois plus ou moins 20 min

Marie-Michèle Lucas

Inspiré par le dernier recueil de poèmes de Raymond Horlo, Les sanglots longs des goélands de l’automne, Oufipo a décidé de remonter le fil de la vie de l’artiste plasticien de veine surréaliste creusant le sillon qui mêle l’art et la vie. Trois espaces (le café, le musée, la rade) pour retracer trois mouvements, trois moments, trois symboles du parcours de l’homme, du peintre et du poète. Des cales de navires qui le faisaient rêver petit aux calembours qui l’ont (peut-être) fait devenir adulte, Raymond Horlo se donne à voir et à entendre en écolier fan de rock, en étudiant découvrant Villon, en écrivain se jouant des mots. Des mots pour rire : aux éclats, en coin, au nez des bigots. Des mots pour pleurer aussi : en sourdine, en sanglots longs, en synecdoques et jeux synesthésiques lorsque tout « se casse la gueule ». Des mots noirs sur blanc, des mots illustrés ou des mots sans paroles. Des toiles blanches, des voiles noires et surtout des histoires. À vous de voir...

1- Comment Claude devient Raymond…
2- Peindre le monde, peindre la vie...
3- "Chaque jour, traverse(r) la rade" : l’artiste et Brest


accueil contact liens en savoir plus ou mieux comprendre