PV : François Angelier et Bertrand Mandico

3 min 28 - Festival Longueur d'ondes 2019

L'un explore la peur sur France Culture la nuit, l'autre projette ses fantasmes sur écran noir. Couchers de soleil malades, vampires et réveil de la momie : des réponses dénichées dans un cabinet de curiosités. Pas d'erreur, c'est Mauvais genres.

Eva Bettan fait son cinéma

1 h 15 - Festival Longueur d’ondes 2019

« Clint Eastwood, oui, De Niro, oui, Martin Scorsese, oui, Coppola, aussi... » Eva Bettan murmure ces noms en cherchant les cinéastes qu’elle n’aurait jamais rencontré. Un entretien pétillant et souvent drôle, mené par Pascale Clark.

Mauvais Genres

1 h 46 - Festival Longueur d'ondes 2019

Tous les genres, surtout mauvais étaient ainsi exhibés et adorés, avec comme seul mot d’ordre proposé par François Angelier : « À mon seul désir ».

Jean Lacombe : La découverte d’un trésor

11 min 35 - Cinémathèque de Bretagne

Rencontre avec Laurent Charpentier, à l'initiative du documentaire "Moi, Jean Lacombe, marin et cinéaste". Après avoir découvert une quantité impressionnante de bobines que le marin avait laissées après sa mort, il a décidé de lui rendre hommage.

Oufipo sur les ondes n°41

58 min 43 - 2017

Une émission hebdomadaire diffusée sur les ondes de Radio U (101.1 FM) le 6 janvier 2018.
Cette semaine : une émission de Radio Ponta au festival du Film court, un épisode de la fiction Avance Rapide, et le procès-verbal d'Alexandre Plank.

Film Court, lectures de scénarii

Le Festival du Film Court de Brest bat son plein.
Dans le petit théâtre du Quartz, l’équipe d’Oufipo et ses comédiens s’installent.
Cette année, les traditionnelles lectures de scénario en direct et en public, sont mises en son et en scène.
Entre la fiction radio et la lecture à voix haute, découvrez deux courts métrages sans images, mais pleins d’imagination.

La Traction des Pôles (57min)

Scénario : Marine Levéel
Narratrice : Anouk Edmont
Acteurs : Léo Guillerm, Tangi Merien, Anne Coadour, Jean-Baptiste Pressac
Mise en scène et lumière : Nora Boulanger-Hirsch
Musique : Simon Magadur
Son : Victor Blanchard
Coordination : Fabrice Derval

Ce court-métrage est produit par Apaches Films.

Les Hommes Poissons (32min)

Scénario : Guillaume Chevalier
Narrateur : Jean-Baptiste Pressac
Acteurs : Nora Boulanger-Hirsch & William

Un film produit par le GREC, avec le soutien du CNC. En association avec Nana’Z productions.  Production co-financée par Pictanovo, fonds d’aide à la création associative. Avec le soutien de la région Hauts-de-France, de la ville de Dunkerque et du Fresnoy – studio national.

Photos : © Juliette Labuche

 

Festival du Film court, Radio Ponta long

36 min 34 – Au festival européen du Film Court – 2017

Radio Ponta, épisode 2.

Synopsis : le temps se suspend au Festival européen du film court de Brest lorsque la flamboyante équipe de Radio Ponta prend d’assaut les ondes de Radio U depuis le Puits de lumière du Quartz. Lors de cette émission spéciale court-métrage, le public retient son souffle devant les cascades radiophoniques qui lui sont offertes sur un plateau.

Distribution : Carolina, Lyna, Ariane et Zahra dans le rôle des Gardiennes du Plateau. Ewen, Julie, Tom, William Laboury et Arthur Lemasson dans le rôle des Otages du Plateau répondant aux questions acérées de nos aventurières des ondes.

Date de production : 8 novembre 2017.

À suivre…

Crédit photo : © Juliette Labuche

Retour au collège (de la Fontaine Margot-Keranroux)

Capture_d_e_cran_2017-06-29_a_11-38-48.png
Quatre émissions de plus ou moins 40 minutes, par les 4e du collège Fontaine Margot – Kéranroux – 2017

Pendant un mois, l’équipe de la webradio Oufipo a sillonné les couloirs du collège La Fontaine Margot – Kéranroux, à Brest, afin de construire des émissions avec les quatre classes de quatrième, transformant au passage le CDI ou la salle de permanence en véritable studio radio tous les vendredi après-midi. Quels sont les désirs de ces élèves entre les quatre murs de leurs salles de classes? Et ces personnes qu’ils croisent chaque jour, de quoi rêvent elles ? Entre chroniques musicales, interviews, reportages fictionnels ou “micro-couloir”, les jeunes ont pu se questionner, prendre la parole pour affirmer leur idées, partir à la recherche de toutes celles et ceux qui peuplent un collège, débattre, animer des blindtest ou nous faire écouter leurs talents de rappeurs…

Une plongée au coeur de l’univers juvénile et adolescent, dans les eaux de la claire Fontaine-Margot…

Production des 4°A

Production des 4°B

Production des 4°C

Production des 4°D

Édouard Baer

2 min 41 – Festival Longueur d’ondes 2017

Entre deux flots, sur le chemin du Quartz vers Le Vauban, Édouard Baer, animateur de l’émission Plus près de toi sur Radio Nova, mais aussi acteur et réalisateur, répond aux dix questions du procès-verbal, cru 2017.

Photo © Sébastien Durand

François Morel

3 min 54 – 2017

Premier procès-verbal du 14eme festival Longueur d’ondes où on apprend que François Morel ne souhaite pas être président et que sa croissance podale semble ininterrompue.

Crédit photo : © Sébastien Durand

Xavier Artigas: Barcelone, ciutat morta?

Justine Okolodkoff

8 min 53

Dans le cadre de la quatorzième édition du festival intergalactique organisé par Canal Ti Zef, nous rencontrons Xavier Artigas, un des réalisateurs de Ciutat Morta, un film catalan qui met en lumière la corruption du système policier et politique à Barcelone. Il revient pour nous sur la genèse du film et la possibilité de réaliser des films militants pour un grand public afin de soulever des questions de société majeures.

Jean-Baptiste Thoret

3 min 22 – 2014

Jean-Baptiste Thoret n’est jamais content. Il n’a pourtant pas l’air trop contrarié de répondre aux questions sournoises du procès-verbal, et il en profite même pour assommer son intervieweuse de références érudites. Par contre il n’a aucune idée de ce qu’il fera dans six mois.

Frédérick Wiseman, un maître du documentaire

1 h 44 – Festival #11 Longueur d’Ondes 2014

En invitant Frédérick Wiseman, la Scam proposait une séance exceptionnelle autour d’un immense documentariste dont le nom à lui tout seul vaut quitus, respect, enthousiasme. Muni de sa caméra légère 16 mm et de son magnétophone portable, il prend le temps d’écouter et de regarder, de dégager rêves et cauchemars de la vie quotidienne. Il dessine le portrait d’une humanité ordinaire au sein d’une large palette d’institutions. Il critique et filme, de façon macroscopique, la comédie humaine. Il radiographie les grands “corps” constitués de son pays, chronique les rapports sociaux au quotidien. Il explore des lieux de pouvoir ou de consommation symboliques, des lieux d’enfermement, en se concentrant sur des microcosmes. Le festival projetait d’ailleurs l’un de ses films datant de 2013 : At Berkeley, sur l’université publique dans l’étau libéral.

Camille Guillevic : Ode à l’intime

14 min 54 – 2014

Camille Guillevic, s’entretient avec François-Nicolas L’Hardy à propos de son travail « Ode à l’intime » dans le cadre de l’exposition collective « La Vague » à la galerie du Centre Atlantique de la Photographie au Quartz, du 5 novembre au 21 décembre 2014. Très jeune photographe, qui fait petit à petit sa place, Camille Guillevic est une ancienne élève des Beaux-Arts de Rennes et diplômée de l’École supérieure des arts de l’image de Bruxelles, nommé « le 75 », autrement dit « le septantecinq  ». Là-bas, elle a suivi les cours et les précieux conseils de Hugues de Wurstemberger. Menant une réflexion sur l’intime depuis quelques années, cette ode pourrait la suivra toute sa vie. Attirée par le reportage social, mais subjectif, elle a notamment photographié son oncle (dans la série « Mon oncle »), un personnage hors du commun.

Oufipo sur les ondes n°27

58 min 42 – 2013

“Oufipo sur les ondes”

Une émission hebdomadaire diffusée sur les ondes de Radio U (101.1 FM), de Radio Neptune (95 FM) et de RCF Rivages (89 FM). Chaque semaine un entretien, un documentaire, un extrait de conférence et deux P.-V.

Au programme de ce numéro :

un documentaire sur la peur dans le monde médical

un entretien avec le réalisateur Antonin Peretjatko

un extrait de la conférence “Une approche sociologique de l’alcoolisation festive”

les P.-V de Guillaume Erner et Jean Balcou

Claire Burger : Le trouble du vrai et du faux

39 min 21 – 2014

Co-réalisatrice du long-métrage Party Girl, Claire Burger était à Plougastel-Daoulas au Cinéma de l’Image lundi 29 septembre. Elle s’est inspirée de la véritable histoire d’une famille pour l’écriture de ce film. Caméra d’Or au festival de Cannes, Party Girl – dont les autres réalisateurs sont Marie Amachoukeli et Samuel Theis – touche le public par l’émotion de cette famille qui joue son propre rôle, de ces “vrais gens” qui tournent dedans.
Micro en main, Oufipo a tenté de comprendre l’ultra-réalisme de ce film.

Jean-Pierre Duret : Se battre pour faire œuvre

48 min 42 – 2014

Fils de petit paysan, il entre dans le cinéma en tant que perchiste, parce qu’il était le plus grand du tournage. L’un des plus grands, il l’est devenu aujourd’hui comme ingénieur du son aux côtés de nombreux et prestigieux cinéastes français.
Quand il en a le temps et « l’intime conviction », il co-réalise avec André Santana des documentaires : ils se font le haut-parleur de « la voix lumineuse » des inconsidérés. Dans Se battre, leur dernier film, ils nous donnent à regarder, rencontrer des personnes « ordinaires mais singulières », aussi bien celles qui ont besoin d’une aide – matérielle, morale, sociale – que celles qui l’apportent.

Ils filment la France d’aujourd’hui, ses contradictions, ses travers, ses espoirs – pas si différents de ceux du Nordeste brésilien qui a fait l’objet de leurs trois premiers documentaires.

À l’occasion de sa venue à Brest le 5 juin dernier pour la projection au cinéma Les Studios de son dernier documentaire Se battre, Jean-Pierre Duret est revenu sur les préoccupations qui l’animent, à l’origine de ce film…

Jean-Baptiste Thoret : Cinéphile FM

1 h 06 – #11 Festival Longueur d’ondes 2014

“On a l’œil ou on ne l’a pas.” Jean-Baptiste Thoret est intransigeant avec ses étudiants en cinéma : “Si tu ne regardes pas au moins trois films par jour, tu n’as rien à faire là”. La messe est dite.

Le cinéma c’est sa vie. Le monde, il l’a découvert à travers le cinéma. Tout ce qui ne l’intéressait pas à l’école, l’histoire, le français, il s’y est intéressé, plus tard, en regardant des films.

Pour Jean-Baptiste Thoret, un cinéphile, un vrai, ça vit cinéma, ça mange cinéma, ça boit cinéma, ça dort cinéma. La cinéphilie est un art de vivre, et ça ne s’apprend pas à l’école.

L’ancien étudiant passionné est aujourd’hui critique. Il sévit sur les ondes de France Culture et de France Inter, dans son émission Pendant les travaux, le cinéma reste ouvert, lancée durant l’été et devenue hebdomadaire à la rentrée 2013.

C’est en sa compagnie que s’est clôturé le onzième festival Longueur d’ondes, le dimanche 16 février 2014, au fil d’une séance où le critique est revenu sur son expérience radiophonique sans mâcher ses mots.