Les Histoires Minute de l’école Vauban

8 fois 2 min - Festival Longueur d'ondes 2019

Bruitages avec des objets ou à la bouche, sons pré-enregistrés, voix fragiles ou assurées, violons et musique, les élèves de CM2 de l'école Vauban ont adapté l’œuvre de Bernard Friot, auteur jeunesse dont on est friand.

La Place du Paradis de Chirine El Ansary

12 min 06 - Festival Grande Marée 2018

À l’issue de son spectacle "Place du Paradis", Chirine El Ansary nous a apporté quelques clés pour superposer les portes de la Bagdad d'hier à celles d'aujourd'hui, quelques tissus chatoyants pour dévoiler les fantasmes orientalistes, quelques vagues pour garder la houle subversive et motrice. Elle nous immerge dans la modernité du merveilleux.

Oufipo sur les ondes n°49

1 h - 2018

Oufipo sur les ondes ? C'est notre émission hebdomadaire diffusée sur les ondes de Radio U (101.1 FM) ! Chaque semaine, une compilation de diverses productions de notre webradio : une autre manière d'explorer le labyrinthe des productions oufipiennes.

Oufipo sur les ondes n°47

1h - 2018

Au programme de ce numéro : un entretien avec la conteuse Gigi Bigot, un portrait de Mireille Cann (Vivre la rue), et le procès-verbal de Rebecca Manzoni. Bon appétit !

2017 – Festival Grande Marée

Pour la 19ème édition du festival Grande Marée, l'Oufipo s'est lancé dans le maquis Ivoirien et les chants Polonais. On en est revenus avec une foule d'histoires et d'accents du monde entier. Écoutez voir !

Magda Lena Gorska : À voix haute

35 min 29 – Festival Grande Marée 2017

Magda Lena Gorska a le goût des mots et des sonorités. Elle conte en polonais et en français mais elle ne se contente pas de ces deux langues car ses histoires sont toujours agrémentées de chants du monde entier. En alternant le vouvoiement et le tutoiement, Oufipo aborde avec elle plusieurs aspects de l’art de conter : la musicalité, la structure de l’histoire, le choix du costume, sans oublier l’utilisation de la voix, outil essentiel du conteur. Quel pouvoir celle-ci a-t-elle et exerce-t-elle, peut-être, sur les spectateurs ? Écoutez voir !

Magda Lena Gorska était l’invitée du festival Grande Marée en novembre 2017.

Photo : © Oufipo

• Retrouvez un autre entretien réalisé pendant cette 19e édition du festival Grande Marée.

Olivier Villanove : Enfant voyageur, capitaine conteur

6 min 13 – Festival Grande Marée 2014

Vendredi 5 décembre, pendant le festival Grande Marée, Olivier Villanove contait son carnet de bord de petit moussaillon dans un lieu plein d’histoires : le Musée de la Marine de Brest. C’est aussi là qu’Anouk Edmont est allée le rencontrer.

Henri Gougaud : Le saltimbanque de la radio

1 h 32 – 12e festival Longueur d’ondes -2015

L’écrivain et conteur était l’invité du festival Longueur d’ondes en 2015 pour parler de son rapport à la radio. C’est dans des émissions comme Marche ou rêve, Le grand parler, Ici l’ombre et Tout finit par être vrai, qu’il a conté des histoires.

Si Henri Gougaud se rattache à une lignée, c’est celle des saltimbanques, ces gens intemporels capables d’improviser une scène sur un bout de trottoir. Ce jour-là, pour la clôture du 12e festival Longueur d’ondes, c’est sur la scène mythique du Vauban, que Henri Gougaud raconte. Il échange avec Jean Lebrun sur sa vie nourrie par les contes, de l’instant où il écoutait Stéphane Pizella, “l’oreille collée” au son granuleux et lointain sortant du poste, à celui où il monte à Paris et écrit des chansons pour de grands interprètes. On l’écoute parler de sa vie bien remplie.

Crédit photo : © Sébastien Durand

Bernadète Bidaude, de chant et de lait

pics_de_sang_et_de_lait.jpg
5min – Festival Grande Marée 2016

1939, Elne, près de Perpignan. Elisabeth Eidenbenz ouvre une maternité improvisée qui verra naître plus de 600 enfants en 6 ans d’affrontements.
Républicaines Espagnoles, Tziganes, Polonaises, Italiennes ou Allemandes juives, les mères échappent aux camps le temps d’un accouchement.

Après une longue collecte de témoignages, Bernadète Bidaude fait renaitre cette histoire pendant un demi siècle oubliée. Par le conte, la danse et le chant, son adaptation romancée porte la parole des toutes ces femmes, de leurs enfants, et même des enfants de ceux-ci.

entretien réalisé à la suite d’une représentation de “De Sang et de Lait” à Astrolabe, Relecq-Kerhuon, le 26 novembre 16

Mike Burns : conter est un geste politique

Capture_d_e_cran_2016-11-28_a_17-32-28.png
22 min 54 – 2016

“Le conte est cet art de la scène qui survit à la panne d’électricité”, dit Mike Burns. L’entretien avec le conteur a survécu à une extinction de lumière. À moitié dans le noir, dans une loge improvisée du Musée national de la Marine, l’homme qui conte par tradition les yeux fermés nous a partagé sa vision de l’art de conter aujourd’hui. D’origine Irlandaise, passé par le Québec et installé désormais aux États-Unis, Mike Burns conte dans une langue poétique mêlant le français, l’argot anglais et le gaélique, avec un léger accent québécois. Le dernier récit qu’il a présenté au festival, Ma tristesse sur la mer, est un de ses contes qu’il rêverait de voir adapter en film. Ce récit vibrant, beau et grave, revient sur une histoire d’exil, d’espérances, de luttes pour la survie, d’ouvriers migrants, avec pour contexte la construction colossale du Canal Rideau entre Ottawa et Kingston.

Hervé Thiry-Duval, rencontre avec “le féericologue”

Capture_d_e_cran_2016-11-27_a_22-51-22.png
57 min 25 – Festival Grande Marée 2016

Conteur et féericologue, Hervé Thiry-Duval est passé par la librairie Dialogues pour une causerie pas comme les autres. Dans le cadre du festival Grande Marée, l’homme de Franche-Comté est venu présenter les fées de France et les lutins. Des créatures, bonnes ou mauvaises, belles ou affreuses, des personnages au caractère malicieux et mystérieux dont le souvenir a aujourd’hui presque totalement disparu. On y découvre qui sont les fées, comment on les rencontre, quelles sont leurs croyances et coutumes… Avec humour, Hervé Thiry-Duval nous fait découvrir le Petit peuple ! Et surprise, le public ne pouvait pas partir sans écouter une histoire de sa région qui met en scène des Foultots, des lutins équivalents aux Korrigans de chez nous, des créatures qu’il ne vaut mieux pas déranger…

Feu vert pour les passionnés d’art du conte

23 min 29 – Festival Grande Marée 2016

Anouk Edmont

Lundi 21 novembre, à l’auberge de jeunesse de Brest, une dizaine de conteurs amateurs et autres amoureux des mots s’est lancée dans le récit d’une histoire. Au coin du feu, cette scène ouverte a attiré un public attentif désireux de réchauffer son imagination. Oufipo n’avait pas encore eu l’occasion d’aller voir ceux qui, à côté des conteurs professionnels, se forment à l’art de conter, grâce aux ateliers d’initiation organisés par l’ADAO (Association pour le développement des arts de l’oralité) et à ces scènes ouvertes. Eux aussi ont eu envie un jour de conter des histoires. Un déclic que quelques uns d’entre eux expliquent dans ce reportage. Et pourquoi pas vous ?

2016 – Festival Grande Marée

Bout_d_affiche.png
Victor Blanchard et Anouk Edmont

Du 18 novembre au 2 décembre, c’est la 18ème édition du festival Grande Marée à Brest, un festival de contes et de récits organisé par l’ADAO (Association pour le développement des arts de l’oralité). Une nouvelle édition pour retrouver la saveur des soirées contées, l’éveil des curiosités et le plaisir de la découverte. Oufipo est allé rencontrer ces hommes et ces femmes qui nous parlent, à l’aide d’un conte merveilleux, d’un conte initiatique, d’un conte historique, nous parlent d’eux, de nous, de notre diversité. Dans ces chroniques, ils parlent avec passion de leur métier, de la puissance de cet art qu’est conter. Laissez vous transporter !

1/5 – Feu vert pour les passionnés d’art du conte

Lundi 21 novembre, à l’auberge de jeunesse de Brest, une dizaine de conteurs amateurs et autres amoureux des mots s’est lancée dans le récit d’une histoire. Au coin du feu, cette scène ouverte a attiré un public attentif désireux de réchauffer son imagination. Oufipo n’avait pas encore eu l’occasion d’aller voir ceux qui, à côté des conteurs professionnels, se forment à l’art de conter, grâce aux ateliers d’initiation organisés par l’ADAO (Association pour le développement des arts de l’oralité) et à ces scènes ouvertes. Eux aussi ont eu envie un jour de conter des histoires. Un déclic que quelques uns d’entre eux expliquent dans ce reportage. Et pourquoi pas vous ?

2/5 – Gigi Bigot : la force de la parole symbolique

Gigi Bigot était au Vauban mardi 22 novembre non pas seulement pour y raconter des histoires mais pour une conférence. Parce que oui, après 20 ans de créations et de conte, Gigi Bigot est redevenue étudiante. Elle a entamé une recherche universitaire sur une question mystérieuse, entre autres : le pouvoir de la parole symbolique sur les gens. Anouk Edmont a récolté la parole pétillante de l’étudiante et conteuse de Redon. Un entretien qui ne laisse pas de marbre…

2/5 – Rencontre avec le féericologue Hervé Thiry-Duval

Conteur et féericologue, Hervé Thiry-Duval est passé par la librairie Dialogues pour une causerie pas comme les autres. Dans le cadre du festival Grande Marée, l’homme de Franche-Comté est venu présenter les fées de France et les lutins. Des créatures, bonnes ou mauvaises, belles ou affreuses, des personnages au caractère malicieux et mystérieux dont le souvenir a aujourd’hui presque totalement disparu. On y découvre qui sont les fées, comment on les rencontre, quelles sont leurs croyances et coutumes… Avec humour, Hervé Thiry-Duval nous fait découvrir le Petit peuple ! Et surprise, le public ne pouvait pas partir sans écouter une histoire de sa région qui met en scène des Foultots, des lutins équivalents aux Korrigans de chez nous, des créatures qu’il ne vaut mieux pas déranger…

3/5 – Mike
 ... 

Gigi Bigot : La force de la parole symbolique

ic_large_w900h600q100_22-11-adao.jpg
21 min 54 – Festival Grande Marée 2016

Gigi Bigot était au Vauban mardi 22 novembre non pas seulement pour y raconter des histoires mais pour une conférence. Parce que oui, après 20 ans de créations et de conte, Gigi Bigot est redevenue étudiante. Elle a entamé une recherche universitaire sur une question mystérieuse, entre autres : le pouvoir de la parole symbolique sur les gens. Oufipo a récolté la parole pétillante de l’étudiante et conteuse de Redon. Un entretien qui ne laisse pas de marbre…