La matinale de Radio Saint Jean-Baptiste au Conservatoire

53 min - Matinale n°3 de la saison 2018-2019

Dernière matinale pour les artistes de Radio Saint Jean-Baptiste ! Après deux belles émissions au Quartz et à la résidence de Poul Ar Bachet, les élèves de l’école Saint Jean-Baptiste ont clôturé leur quatrième saison radiophonique dans le grand auditorium du Conservatoire de Brest.

“Une vie pour l’art”, Jean-Yves Crochemore

50 mn_ Le Quartz, 28 juin 2018

Jean-Yves Crochemore, directeur des relations extérieures et de la communication du Quartz depuis 2006, quitte la scène nationale pour d'autres horizons. Il revient sur une carrière dédiée aux artistes, au micro de Matthieu Banvillet, directeur du Quartz.

Le Collectif OS’O

58 minutes – 2017

Installés à Bordeaux, Roxane Brumachon, Bess Davies, Mathieu Ehrhard, Baptiste Girard et Tom Linton ont créé le Collectif OS’O (On S’Organise) en 2011, au sortir de l’ESTBA (école supérieure de théâtre de Bordeaux, Aquitaine). “Plutôt que de rester chez soi à attendre un coup de fil”, ces cinq comédiens ont eu envie de construire une aventure théâtrale collective, quitte à inverser les rôles en invitant des metteurs en scène à travailler avec eux. C’est ainsi qu’ils rencontrent David Czesienski et créent avec lui L’assommoir, en 2011. Du 10 au 18 octobre dernier, ils présentaient au Quartz Timon/Titus (également en collaboration avec David Czesienski). L’occasion de les rencontrer, entre midi et deux, pour laisser les spectateurs les questionner sur leur théâtre.

Organisation

 ... 

Philippe Torreton

philippe_torreton.jpg
53 min 15 – 2017

Après François Morel en février dernier, c’est au tour de Philippe Torreton de remplir l’auditorium des Capucins d’un public gonflé d’interrogations brulantes.

Cette nouvelle rencontre est une fusion de deux initiatives : “Les livres de…”, questionnaire littéraire pensé par l’équipe de la médiathèque, et les “Paroles d’interprètes” du Quartz, animées par Jean-Yves Crochemore.

Une heure de conversations à bâtons rompus, à l’heure du déjeuner, avec des artistes qui font l’actualité locale, en l’occurrence autour de La résistible ascension d’Arturo Ui.

Enregistré le 30 mars 2017 à l’Auditorium des Capucins, organisé avec la médiathèque François Mitterrand de Brest.

Dialogue avec Jacques Rebotier

PORTRAIT_JACQUES_REBOTIER_COPYRIGHT_VOQUE_2.jpg
56 minutes – 2016

Vendredi 2 décembre 2016, l’Ensemble Sillages de Philippe Arrii-Blachette organisait au Quartz une soirée joyeuse et ludique en compagnie d’emblématiques artistes. Parmi eux, Jacques Rebotier, compositeur, mais pas seulement. Auteur, écrivain, dramaturge, musicien, interprète, comédien, metteur en scène, Jacques Rebotier a plusieurs cordes à son arc. Polyvalent, il fait dialoguer ses compétences pour tisser des oeuvres hors des cadres. Lié au texte, sa musique, libre, expressive, est nourrie par des jeux de langages, d’affects, des formes, des glissements du son et du sens. Ce vendredi midi, ce qui débutait comme un portrait de l’artiste s’est transformé en dialogue avec des admirateurs inspirés, en lecture de texte, puis en réflexion sur la création et l’inspiration.

Une rencontre menée habilement par Philippe Arrii-Blachette dans la Galerie du Cap du Quartz.

photo : voque

Jack London – L’aventure et l’écriture

IMG_20161117_193501.jpg
1 h 26 – Novembre 2016

Coursier, manoeuvre, marin, ouvrier, chercheur d’or, vagabond, militant socialiste, journaliste sportif, correspondant de guerre, fermier et écrivain, Jack London (1876-1916) a eu plusieurs vies mais surtout une seule, remplie d’aventures. Il a écrit vingt-deux romans, des poèmes, pièces de théâtre et essais, cent quatre-vingt-huit nouvelles, sans compter une énorme correspondance. À l’occasion du centenaire de la disparition de Jack London, la médiathèque de la Cavale Blanche a invité Noël Mauberret, spécialiste du grand écrivain américain, directeur des publications de ses oeuvres complètes aux éditions Phébus et co-auteur de l’ouvrage « Les vies de Jack London », écrit avec Michel Viotte (éditions La Martinière). Noël Mauberret a retracé la vie de l’écrivain, de son enfance dans la pauvreté à San Francisco, de ses 14 ans où il commence à travailler et à enchaîner les métiers, à ses débuts et ses succès en tant qu’écrivain, de son projet de tour du monde à bord du « Snark », jusqu’à sa mort prématurée à 40 ans. Une biographie captivante à écouter comme on lit un roman !

 

 

Jouer un rôle en quelque sorte

2_-_6030809752_4af003363f_b.jpg
9 min 45 – 2016

Par Solène Guermeur et Gaëlle Combette

« Quand tu prends conscience à un moment donné qu’à travers le théâtre tu joues réellement ce que tu es et qu’ensuite dans la vie tu joues un rôle, parce qu’il faut t’adapter à une certaine situation pour la stabilité…. Euh tu ne peux le faire qu’un certain temps. ».

Cette constatation des plus vertigineuses, c’est celle qu’a dû affronter un jour, après des années et des années de vie conjugale, le héros anonyme de ce reportage. Un homme qui se livre avec une honnêteté déconcertante sur son expérience de l’amour, sur sa passion pour le théâtre et ce qu’elle a pu déclencher chez lui. Le tout en tapant du poing sur la table !

Un témoignage rare et percutant sur les dangers (si vite arrivés) d’une vie passée à “se” mentir…

Des Poulpiks dans la tête

poulpiks.jpg
1 h 09 – 2016

Arnaud Le Gouëfflec, Renaud Cerqueux, Rémi Checchetto et Hervé Eléouet forment un quatuor d’auteurs bretons qui a plus d’une corde à sa harpe. Lorsqu’il s’agit de se chercher des poux et de se lancer des pics l’équipe se creuse le crâne pour une joute verbale et poétique.
Inspiré des “Papous dans la tête” (France Culture) et arrosé de lipig, cette version brestoâse était animée par Marie Penn’Du (Goéland Masqué) et Morgane Le Gall, en présence d’un public dont les rires parcourent peut-être encore l’ordinairement ouatée Médiathèque Saint Marc.

 

 

Isabelle Lafon: Le théâtre aux aguets

9 min 48

Justine Okolodkoff

« J’aime souvent des femmes. J’aime lorsqu’elles ne sont pas conventionnelles mais qu’elles sont entières ou anonymes » écrit Virginia Woolf à la fin d’Une Chambre à soi. Au vu du splendide spectacle Les Insoumises d’Isabelle Lafon présenté au Quartz du 22 au 25 mars 2016, on se dit qu’elle aurait pu faire sienne cette conclusion du roman d’une des héroïnes de son spectacle. Car ce sont bien des femmes hors des cadres et des conventions qui se présentent sur scène. Anna Akhmatova, Lydia Tchoukovskaïa, Virginia Woolf et des anonymes qui font un clin d’œil admiratif ou une pirouette à la grande comédienne Zouc. Le public observe alors des femmes de parole (de silence parfois) prendre chair. Retour sur une prouesse théâtrale, un travail perpétuel, une recherche renouvelée à chaque spectacle.

Bernard Lotti

Capturelotti.png
3 fois plus ou moins 20 min – 2015

Pour cette Rencontre Oufipo enregistrée en public au sein de la mediathèque Saint-Marc, Jean-Manuel Warnet et Jean-Luc Germain recevaient Bernard Lotti. Dans ce portrait radiophonique, le metteur en scène brestois revient sur la formation de sa pratique et de son regard théâtral. Il rend compte de sa passion pour Molière, des rencontres qui l’ont marqué et des lieux qui lui sont chers – Brest et l’Italie -. Cet amoureux des planches nous transmet joyeusement des moments d’exaltations et autant d’instants de vie qui retracent un parcours atypique, exemplaire et attachant.

1 – L’ami Molière

2 – L’instant d’une vie

3 – Compagnonnages

Didier Bezace

1h 02 – 2016

Didier Bezace était de passage au Quartz les 6, 7 et 8 janvier 2016 pour la pièce Retour au désert de Jean-Marie Koltès, mise en scène par Arnaud Meunier. L’occasion pour Jean-Yves Crochemore et l’équipe du Quartz d’organiser une Paroles d’artiste, nom donné à ces temps de rencontre et d’échanges spontanés entre l’artiste, Dider Bezace, et son public. Dans ce portrait, l’acteur et metteur en scène revient sur son parcours entre quête incessante d’un théâtre populaire, et recherche littéraire ou théâtrale constante. De quoi donner à penser à un théâtre en quête de renouveau.

 

Isabelle Elizéon : « Et tout d’un coup, on se dit on va déconstruire »

Justine Okolodkoff

21 min 49

A l’occasion des représentations de la nouvelle pièce de la compagnie Lasko, XXY (Faire Etre Devenir) à La Maison du Théâtre, Oufipo rencontre la metteuse en scène, Isabelle Elizéon. Dans cette pièce qui mêle la danse, le théâtre et la performance, la compagnie fait et défait les corps pour questionner les normes du masculin et du féminin. Isabelle Elizéon revient sur le travail complexe et répété, nécessaire pour donner à voir une mémoire du corps, entre normes et transgressions.

Olivier de Robert : Jaurès à voix nue

9 min 20 – 2015

Justine Okolodkoff

Dans Jaurès Raconté par son Peuple, présenté le jeudi 26 novembre 2015 à la médiathèque Saint-Marc, Olivier de Robert met en scène des habitués de bistrot qui se rencontrent chaque jour sans vraiment se parler. Pourtant un jour, il est question de Jaurès. Alors, l’émotion soulève le cœur de chacun d’entre eux au souvenir de celui qui semble pouvoir être un symbole pour tous et chacun. Oufipo a donc choisi d’interviewer Olivier de Robert sur son Jaurès à lui, en regard de celui tant écrit et décrit.

Nicolas Bonneau : Coups de poings

11 min 24 – 2015

Justine Okolodkoff

Rencontre avec Nicolas Bonneau à La Maison du Théâtre après le spectacle Ali 74, le combat du siècle. Tantôt spectateur, tantôt boxeur, Nicolas Bonneau, accompagné à l’image et au son de Fanny Tastic et Mikaël Plunian, donne à voir un symbole de la lutte des droits civiques américains. A cette occasion, nous avons échangé quelques punchlines poétiques empruntées à des auteurs de fiction avec le metteur en scène et conteur.

Dominique Blanc : Le théâtre au corps

1 h 07 – 2015

Lors de sa venue à Brest pour les Liaisons Dangereuses mises en scène par Christine Letailleur et dans le cadre des Paroles d’artistes du Quartz, Dominique Blanc, qui incarne la Marquise de Merteuil, revient sur trente-cinq années d’une carrière riche et surprenante et d’une histoire passionnée avec le théâtre. De ses débuts au rôle de la Marquise, Dominique Blanc raconte les étapes et les rencontres qui l’ont marquée. Son portrait s’esquisse alors au rythme des questions du public entre douceur, travail acharné, rêves et réalisme sur le monde du théâtre.

 

Éric Vigner : une œuvre revisitée

Brancusi_blanc.jpg
20 min 33 – 2015

Éric Vigner était de passage à Brest pour la représentation de sa lecture-performance “Brancusi contre États-Unis”. Présentée au Centre d’Art Contemporain Passerelle avec des personnalités du monde de l’art brestois et des comédiens, la pièce aborde le procès de Brancusi contre le statut d’œuvre d’art comme marchandise. Ce procès a déclenché de nombreux débats sur la définition de l’œuvre d’art. Éric Vigner retrace avec Oufipo son parcours, évoque sa rencontre avec Marguerite Duras dont il a mis en scène de nombreuses pièces, comme Pluie d’été. Une première adaptation, représentée notamment dans la salle du Stella de Brest en 1993. Cette rencontre déclenche l’adaptation de Savannah Bay, la création de Pluie d’été à Hiroshima, puis La Bête dans la jungle, Le Vice Consul. Avec une nouvelle approche du théâtre et du rapport au public, il remet en scène de nombreuses pièces classiques françaises. Professeur de théâtre dans de grandes écoles, directeur artistique du théâtre de Lorient, il fonde en 2010 l’Académie internationale de Théâtre de Lorient, réunissant 7 jeunes acteurs d’origine étrangère. Éric Vigner revenait ce mois de mars 2015 sur son histoire avec le théâtre et son rapport aux arts.