Objectif Terre !

7 épisodes de 20 à 30 min – Atelier

Hissez la grande voile et moteur à pleine puissance !
Quelles sont les histoires d’explorations que porte Brest à travers les âges ? Quelles traces ... 

Oufipo sur les ondes n°13

58 min 36 – 2012

« Oufipo sur les ondes »

Une émission hebdomadaire diffusée sur les ondes de Radio U (101.1 FM), de Radio Neptune (95 FM) et de RCF Rivages (89 FM). Chaque semaine un entretien, un documentaire, un extrait de conférence et deux P.-V.

Au programme de ce treizième numéro :

un entretien avec Amin Maalouf

un documentaire avec l’artiste Bob Verschueren

un extrait de la conférence de l’ingénieur Jean Jarry à IFREMER

les P.-V de Phillippe Collin et Olivia Gesbert

Oufipo sur les ondes n°28

54 min 03 – 2013

« Oufipo sur les ondes »

Une émission hebdomadaire diffusée sur les ondes de Radio U (101.1 FM), de Radio Neptune (95 FM) et de RCF Rivages (89 FM). Chaque semaine un entretien, un documentaire, un extrait de conférence et deux P.-V.

Au programme de ce numéro :

une chronique brestivale avec un chauffeur de taxi

un entretien avec le chercheur Martial Laurans

un extrait de la conférence d’Eric Hazan sur la Révolution française

les P.-V de Christophe Modica et Jean Piero

Les technologies marines pour de grandes percées scientifiques

1 h 05 – 2014

Depuis une trentaine d’années, les sciences et les technologies marines ont modifié notre vision de la planète, et ont contribué à redéfinir nos connaissances.

Le perfectionnement des technologies d’exploration et d’investigation des fonds océaniques a débouché sur d’importantes découvertes qui ont eu un profond retentissement sur les sciences de la terre et permis, par exemple, de vérifier la théorie moderne de la tectonique des plaques, ou encore d’accéder à de nouvelles sources potentielles d’énergie.

Chantal Compère, responsable en recherches et développements technologiques à l’Ifremer, faisait le point le 14 mai 2014, lors d’une conférence sur les avancées scientifiques qu’ont permis les nouvelles technologies marines.

Martial Laurans : De Plouzané… à l’Ifremer

22 min 09 – 2013

Petit, Martial Laurans habitait à quelques kilomètres des bâtiments d’Ifremer. Le voilà quelques années après chercheur en biologie marine dans ces mêmes bâtiments, avec dans ses bagages une carrière avortée de marin-pêcheur.

Martial Laurans se passionne actuellement pour les homards et les algues. Une bénévole d’Oufipo est allée à l’Ifremer le cuisiner sur son activité de chercheur, et à défaut de ses meilleures recettes de homard, en ramène une interview fort intéressante.

Jean Jarry : J’ai trouvé l’épave du Titanic

21 min 08 – 2013

En 1985, Jean Jarry a été responsable de l’expédition franco-américaine « Étoile Blanche » (à la recherche de l’épave du Titanic), à bord d’un navire océanographique de l’Ifremer. Le 23 janvier 2013, Oufipo a rencontré cet ingénieur aguerri aujourd’hui à la retraite, pour le faire parler de son parcours et de la plongée profonde sur épave. L’occasion aussi de revenir sur les moments mémorables de sa carrière. Enfilez donc vos scaphandres et suivez le chef de mission !

Jean Jarry : Au plus profond des mers : de la fosse du Japon à l’épave du Titanic

1 h 13 min – 2013

Passionné par l’exploration des océans, Jean Jarry descend à plus de 9 000 mètres dans la fosse du Japon en 1967 puis organise et dirige l’expédition franco-américaine  »Étoile Blanche » qui découvre
l’épave du Titanic en 1985.

L’ingénieur témoigne de ses expériences au plus profond des mers lors
de sa conférence le 23 janvier 2013 à l’Ifremer. Des souvenirs qui, pour sûr, ne plongeront pas dans l’oubli !

Yann-Hervé de Rœck : Branchons-nous sur la mer

1 h 31 min – 2012

Des éoliennes tête en bas qui tournent grâce aux courants océaniques, un géant serpent électrogène ondulant au rythme des vagues. À en croire Yann-Hervé de Rœck, pouvoir brancher son grille-pain sur le grand bleu n’est plus un rêve de savant fou. Bienvenue dans le monde d’Alice au pays des Ifremerveilles.

Pourquoi donc aller chercher du vent en mer ? Qu’est-ce que le taux de charge d’une machine ? Quel usage peut-on faire d’une membrane osmotique dans un estuaire ? Vous saurez tout en écoutant la conférence que Yann-Hervé de Rœck, directeur de France Énergies Marines, a donné le 13 juin 2012 au Centre Ifremer Bretagne.

Brigitte Guillaumont : À la découverte des coraux profonds du golfe de Gascogne 

53 min 37 – 2012

Brigitte Guillaumont est océanographe biologiste à Ifremer, spécialisée dans l’étude de la faune benthique, c’est-à-dire de la faune qui vit au fond des océans. Elle se consacre depuis 2008 à l’étude des profondeurs du Golfe de Gascogne et plus particulièrement aux coraux d’eau froide dans le cadre du projet européen CoralFISH. Elle donnait une dernière conférence à Ifremer le 16 mai 2012, avant son départ en retraite. La scientifique décrit le milieu de vie de ces coraux, leur relation avec la faune environnante, la manière dont ils ont été découverts et l’évolution de leurs conditions depuis le 19e siècle. Les trop nombreuses campagnes de pêche des chalutiers les ont fortement mis en danger. Les études menées pour ralentir la tendance sont essentielles pour que la situation ne s’aggrave pas. En espérant que quelqu’un prennent le relais des recherches initiées par l’océanographe…

Brigitte Guillaumont : La retraite à eaux zéro

20 min 30 – 2012

Brigitte Guillaumont, océanographe biologiste à Ifremer n’a pas toujours travaillé dans la recherche sur l’environnement profond. Ayant d’abord effectué des études en alieutique, elle s’est consacrée par la suite à l’écologie des environnements côtiers pendant plus de trente ans.

A l’heure de partir en retraite, elle revient sur ces trente années de recherche. Les études qu’elle a consacrées à la dégradation des coraux, organismes très longs à se regénérer, sont pour le moins effrayantes. Alors qu’il y a urgence, la baisse des effectifs dans le secteur de la recherche, en particulier dans le domaine de l’écologie, revient sur le devant de la scène. Difficile par conséquent de partir en retraite l’esprit totalement libre quand la succession n’est pas assurée…

Jean-Claude Cochard : La perle noire, trésor de la polynésie

1 h 19 min – 2011

« Perle Noire ». Native des îles des mers du Sud et plus précisément des lagons de Polynésie Française. Cette huître perlière, « Te Ufi » comme la dénommait une légende polynésienne, fut offerte aux humains par le dieu de la paix et de la fertilité. Voilà pour la légende.
Mais Jean-Claude Cochard, biologiste à Ifremer, spécialiste des mollusques, nous donne un aperçu scientifique de la « Pinctada margaritifera » lors de la conférence qu’il a donnée à Ifremer le mercredi 9 novembre 2011. Car comme son nom ne l’indique pas, le joyau de Tahiti est à l’origine, depuis les années soixante, du développement d’une industrie de production artificielle. À voir comment celle-ci évolue…

Jean-Claude Cochard : A la recherche de la Perle Noire

25 min 51 – 2011

Biologiste a l’Ifremer, spécialiste des mollusques, Jean-Claude Cochard a accordé cette interview juste avant sa conférence “La perle noire, trésor de la Polynésie” qu’il a donnée le 9 novembre 2011 dans le cadre du cycle de conférences grand public de l’Ifremer. Retour sur la vie et le parcours d’un scientifique qui nous fait partager sa manière de travailler en tant que chercheur et son expérience polynésienne. Et si Gauguin avait été finalement un scientifique ?

Ingrid Puillat : Un réseau d’observatoires en mer profonde

Ingrid Puillat, coordinatrice adjointe du projet ESONET, venait expliquer ce projet d’envergure internationale, le 11 mai 2011 au centre Ifremer de Brest : un réseau d’Excellence européen, lancé en mars 2007 pour 4 ans, avec pour objectif de rédiger un cahier des charges pour la mise en place d’observatoires permanents en mer profonde.

Ingrid Puillat : C’est pas la femme qui prend la mer…

30 min 41 – 2011

Ingrid Puillat, actuellement coordinatrice adjointe du projet ESONET, revient sur sur son parcours à l’occasion de la conférence « Un réseau d’observatoire en mer profonde » qu’elle animait le 11 mai 2011 à Ifremer. Entre déplacements, doctorat, vie de famille et bassin algérien; les choix professionnels et le regard d’une chercheuse sur un métier.