Qui veut épouser le fisc ?

6 fois plus ou moins 20 minutes – Un podcast du Master de Journalisme de Sciences Po Rennes

L’association Longueur d’ondes avec Oufipo s’associe avec le Master de Journalisme, Reportage et Enquête de Sciences Po Rennes pour vous présenter « Qui veut épouser le fisc ? », une série de podcast en six épisodes des étudiantes Perrine Bontemps et Camille Montagnon. On y parle d’argent, des couples, de leurs impôts et des inégalités que cela provoque. Les injustices économiques ne s’arrêtent pas aux écarts de salaires. Le quotient conjugal, la fiscalisation des pensions alimentaires ou encore le principe de solidarité fiscale, par exemple, viennent accentuer les difficultés financières des femmes. Alors si t’as un moment, (im)pose toi : on va parler cash.

Épisode 1

Régler ses comptes, quand on est en couple, c’est important. Et on ne vous parle pas de disputes. Mais quand notre éducation sentimentale s’est construite sur des mythes romantiques tels que Blanche-Neige ou Coup de foudre à Notting Hill, discuter finances avec son prince charmant ne semble pas sexy. Et pourtant… On a été à la rencontre de quatre couples qui ont accepté de nous ouvrir leur porte et leurs portefeuilles. L’argent dans le couple : tabou ou pas tabou ? 

Avec nous pour en parler, Sibylle Gollac, sociologue et co-autrice du Genre du capital, et Héloïse Bolle, conseillère en gestion de patrimoine.

Épisode 2

Quand on aime, on ne compte pas… mais on devrait ! Très souvent, les amoureux organisent leurs finances de la manière la plus équitable possible. Mais ces tractations mettent de côté un constat essentiel : la mise en couple creuse les inégalités de revenus entre hommes et femmes. Du coup, on a remis le bon vieux 50-50 en question… Dans cet épisode, on parle pot commun, régimes matrimoniaux, thunes et vie commune.

Avec nous pour en parler, Sibylle Gollac, sociologue et co-autrice du Genre du capital, et Héloïse Bolle, conseillère en gestion de patrimoine.

Épisode 3

Le quotient conjugal ça vous parle ? Réservé aux couples mariés et pacsés, il permet de baisser l’impôt de nombreux couples en les imposant ensemble. Ce système de conjugalisation avantage le plus haut revenu dans le couple, l’homme dans les trois quarts des cas, et encore plus si sa moitié ne travaille pas à temps complet. Donc pour vous la faire courte, le quotient conjugal incite les femmes à travailler au foyer tout en permettant aux hommes aisés de payer moins d’impôts. Bref, paye ton impôt.    

Avec nous pour en parler, Quentin Parrinello, responsable Justice fiscale et inégalité chez Oxfam, et Guillaume Allègre, économiste à l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques.

Épisode 4

Spoiler alert : l’égalité économique entre hommes et femmes n’est pas encore acquise. Réformer le quotient conjugal, c’est possible, et même souhaitable. Les experts que nous avons rencontrés le disent tous. Parmi les pistes envisagées, l’individualisation de l’impôt. Chacun est alors imposé en fonction de ses revenus, et non plus ceux de son ou sa partenaire. La France est un des seuls pays dits développés à ne pas rendre possible son adoption par défaut. Mais alors, qu’est-ce qui coince ?    

Avec nous pour en parler, Sibylle Gollac, sociologue et co-autrice du Genre du capital, Quentin Parrinello, responsable Justice fiscale et inégalité chez Oxfam, et Guillaume Allègre, économiste à l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques.

Épisode 5

Une rupture amoureuse, ça n’est facile pour personne. Mais surprise, les femmes en paient davantage le prix que les hommes. Plus d’un tiers des familles monoparentales vivent sous le seuil de pauvreté. 85% sont des femmes. Les pensions alimentaires, quand elles sont versées, ne permettent pas de compenser le creusement des inégalités au moment des séparations. Cerise sur le gâteau : elles sont déductibles pour ceux qui les versent, et taxables pour celles qui les reçoivent.

Dans cet épisode, nous serons aux côtés de deux mamans séparées, Céline et Sofie, mais aussi Lise Châtain, fiscaliste et Sibylle Gollac, sociologue et co-autrice du Genre du capital.

Épisode 6

Marie-Cécile doit plus de deux millions d’euros au Fisc. En cause, le principe de solidarité fiscale. En France, les époux et partenaires de PACS sont solidaires fiscalement. C’est-à-dire que le fisc peut demander aux épouses de rembourser les dettes de leurs maris ou de leurs ex-compagnons, si elles ont été contractées pendant l’union. Exception en droit, ce mécanisme a des conséquences dramatiques pour certaines personnes, allant des troubles du sommeil aux tentatives de suicide. A 80%, ce sont des femmes.

Dans ce dernier épisode, vous entendrez Annabel-Mauve Bonnefous, présidente du collectif des Femmes victimes de la solidarité fiscale, et Lise Châtain, fiscaliste.

© Crédits : Une série co-réalisée par Perrine Bontemps et Camille Montagnon. La pochette a été imaginée par Marion Le Chêne et la musique par Liam Le Normand. Musiques : Borders (M.I.A), Sans lendemain (La Riviera). Musiques de l’épisode 1 : Un jour mon prince viendra (Blanche-Neige), Argent trop cher (Téléphone). Musiques de l’épisode 2 : La non demande en mariage (George Brassens), Money (Pink Floyd). Musiques de l’épisode 3 : Les histoires d’A (Les Rita Mitsouko), Madrine (Maes et Booba), Money, money, money (ABBA). Musiques de l’épisode 4 : Brandt Rhapsodie (Jeanne Cherhal et Benjamin Biolay), Les vieux amants (Jacques Brel), Cache ton piano (Les Charlots), Famille (Jean-Jacques Goldman), Tié la famille (Bengous, oui oui). Extraits de l’épisode 4 : Le Prénom, Fais pas ci, fais pas ça, Florence Foresti, Inès Reg, Pierre Palmade et Michelle Laroque, Le Palmashow. Musiques de l’épisode 5 : Le tourbillon de la vie (Jeanne Moreau), Pensionman (Vald). Extraits de l’épisode 5 : Peter Pan, Guy Bedos et Sophie Daumier.