Valérie Nivelon : “La Marche du monde”

1 h 12 - Festival Longueur d'ondes 2019

Depuis 30 ans, Valérie Nivelon nous fascine et fait voyager nos oreilles avec son émission "La Marche du Monde" sur RFI. Cette année à Longueur d'ondes, elle revient sur ces trois décennies de rencontres radiophoniques.

Claire Hédon

59 min 35 - Festival Longueur d'ondes 2018

Animatrice de Priorité Santé sur RFI pendant près de 14 ans, aujourd'hui directrice des programmes de RFI et présidente d'ATD Quart-Monde, Claire Hédon est venue partager son expérience et ses convictions.

Fictions bilingues RFI – Une tour de Babel

1h03 - Festival Longueur d'ondes 2018

Apprendre le français grâce à la radio quel que soit son niveau, c'est possible ! RFI propose des fictions où l’auditeur assiste à un voyage entre le monde francophone de l'histoire et les pensées en langue maternelle du héros : ses interrogations, ses doutes, ses interprétations.

De par le monde avec les grands reporters : Vanessa Descouraux et Edith Bouvier

1 h 29 – Festival Longueur d’ondes 2016

« Dès que j’ai pu, je suis partie à l’étranger », c’est une affirmation qu’Edith Bouvier (RFI) partage avec son alter ego le temps d’une rencontre, Vanessa Descouraux (France Inter). L’une comme l’autre ont voulu partir pour comprendre les causes et enjeux des conflits mondiaux, leur donner du sens et informer les auditeurs. Elles ont appris à laisser « la peur, cette désagréable compagne de voyage derrière [elles] » pour se confronter aux évènements malgré les obstacles et les risques. Le temps d’une séance au festival Longueur d’ondes, ces femmes passionnées ont donné aux spectateurs l’occasion de partager un quotidien d’aventures et de périls mais aussi de rencontres exceptionnelles.

Arnaud Contreras

1 min 58 – 2015

Fidèle documentariste pour France Culture et RFI, auteur de l’ouvrage Sahara Rocks !, il traverse mers et déserts pour faire voyager les auditeurs. L’ascenseur de Radio France serait pour lui un endroit idéal pour espionner au long cours. Tout dépend du nombre d’étages…

Crédit photo : © Sébastien Durand

Élisa Portier

3 min – 2015

De RFI à Radio Baumettes, en passant par France Inter et le projet de La Revue Sonore, Élisa Portier dépasse les cloisonnements radiophoniques. Productrice de l’émission Parloirs animée par des détenus sur Radio Baumettes, elle a surtout les oreilles qui sifflent depuis quelques temps…

Juan Gomez : Une star africaine

1h 09 – Festival Longueur d’ondes 2014

Animateur vedette de RFI, Juan Gomez réveille depuis 16 ans les auditeurs d’Afrique francophone. Dans son émission Appels sur l’actualité, sont analysées chaque matin les problématiques du continent : crises électorales, guerres civiles, épidémies, mariages forcés, corruption, trafics… Acteur et animateur d’une authentique “agora des ondes”, Juan Gomez a fait de son rêve de petit garçon une réalité qu’il n’ a jamais abandonnée : parler à la radio et s’adresser aux auditeurs en direct, animer des débats et décrypter l’actualité.
Un véritable “continent” de la radio francophone à découvrir !

© Sébastien Durand

Claude Guibal et Stéphanie Braquehais : Grands reporters au féminin

1 h 17 – Festival Longueur d’ondes 2014

Dimanche 16 février, Longueur d’ondes invitait deux figures du reportage. Deux femmes aux parcours similaires, situées à des endroits différents du monde, des lieux où l’actualité est brûlante. Elles se sont lancées dans l’inconnu du grand reportage par une succession de hasards. Toutes deux issues de l’école de journalisme de Lille, elles deviennent correspondantes pour différents médias puis pour la radio. Claude Guibal est la voix du Proche-Orient pour Radio France, aujourd’hui chef du service international à France Culture. Stéphanie Braquehais a été la voix de l’Afrique de l’Est pour RFI, longtemps correspondante au Tchad et désormais basée au Kenya. Poussées par le “plaisir fou” du reportage, elles travaillent souvent au fil des contraintes financières et de confort. Mais qui a dit que le métier de grand reporter était facile ? En tout cas, ces deux femmes ne perdent rien à aller voir et ressentir ce qu’il se passe “là-bas”.

Soro Solo et Vladimir Cagnolari : L’Afrique enchantée

soro-2.jpg
1 h 20 – Festival Longueur d’ondes 2014

Vladimir est français, africain d’adoption ; Solo, c’est l’inverse. Ces deux là se sont bien trouvés, et avec leur ”nièce” Hortense, enchantent le dimanche après-midi sur les ondes de France Inter.
L’Afrique enchantée, c’est l’émission qui entend parler de l’Afrique dans sa diversité et sur un autre mode que celui de la misère et de la guerre. Une heure de reportage et de musique dans la joie et la déconne, où les deux compères se motivent et se modèrent l’un l’autre.

Tous les deux ont de longues années de radio derrière eux. Vladimir Cagnolari a fait ses armes à RFI, parcourant l’Afrique de long en large, tandis que Soro Solo était l’un des journalistes radio les plus connus de Côte d’Ivoire, notamment grâce à sa chronique « le grognon » au sein de la matinale de Radio Côte d’Ivoire, chronique très critique envers les services publics ivoiriens. Trop subversif sans doute pour le pouvoir ivoirien qui l’a placé sur une liste de personnes interdites d’antenne, ce qui l’a poussé à s’exiler en France en 2002.

Quatre années encore et l’Afrique enchantée voit le jour sur France Inter.

Les ”tontons” comme on les appelle, étaient les invités du onzième festival Longueur d’ondes. Ils sont venu le 15 février 2014 raconter leur rencontre et les circonstances qui les ont amenés à former ce duo de choc, le tout dans l’entrain et la bonne humeur.

Le paradoxe numérique de la radio

1 h 53 – Festival Longueur d’ondes 2013

La radio doit-elle s’adapter au numérique ? Accompagner le son par de l’image, est-ce de la radio “augmentée” ou du pur marketing ?

Entre l’émergence de nouvelles formes – potentiellement intéressantes – de documentaires sonores et visuels, et l’appropriation de pratiques télévisuelles – peu pertinentes – par les grandes stations de radio, quelles nouvelles pratiques sont vraiment intéressantes et légitimes ?

Ziad Maalouf, animateur de la web-émission l’Atelier des médias sur RFI, accompagné de Anne Brunel, Mehdi Ahoudig et Simon Decreuze, s’est penché sur ces questionnements, à l’occasion de la quatrième édition des Immédiatiques et du dixième festival Longueur d’ondes.

Crédit photo : © Sébastien Durand

Max Bale : De par le monde

29 min 07 – Festival Longueur d’ondes 2011

Baroudeur en cavale à Longueur d’ondes pour le neuvième festival de la radio et de l’écoute (1er au 4 décembre 2011), Max Bale est venu présenter le projet RFI Planète Radio. Cet électron libre des ondes s’intéresse à la conception de radios locales dans les pays pauvres, et a fait preuve, ces dernières années, d’une capacité d’invention et de créativité hors normes. Est-ce le “côté punk” de son adolescence passée dans un des quartiers populaires de Toulouse qui lui permet de mener à bien ses projets délirants ? Mystère, mais en tout cas, ça marche. Tous les moyens sont bons pour s’adapter à la situation sociale et économique d’un lieu afin d’y installer une radio. Partant du côté du Venezuela où est née la radio Adiketsuya, en passant par son expérience au Congo et au Timor oriental, l’ambassadeur de la radio à petits moyens tente de nous donner la recette idéale pour créer une antenne avec le moins d’argent possible, à condition d’y mettre une bonne dose de bonne volonté.

Max Bale

3 min 43 – 2011

Ingénieur de formation, créateur de RFI Planète Radio, qui travaille à l’installation de radios de proximité dans des régions défavorisées, Max Bale baroude entre les questions lors du festival Longueur d’ondes qui se tenait du 1er au 4 décembre 2011. Here but anywhere else, à condition de parler anglais bien sûr…