Territoires documentaires : A Sense of Place

1 h 26 – Longueur d’ondes 2020

“Et si, à la place de raconter une histoire vous immergiez les auditeurs au cœur de la vie, au sein même d’un territoire ? Comment les amener à vous rejoindre dans des instants de prise de conscience, à les faire partager votre réaction face à un monde qui se dévoile sous vos yeux et à les garder à vos côtés lors de rencontres impromptues, au moment où elles se produisent ? A Sense of Place explore ce qu’il se passe lorsque l’on quitte le confort acoustique du studio et que l’on repense les possibles. Que se passe-t-il lorsque vous allez dehors avec votre enregistreur et que vous faites du monde votre studio ?”

Cette question a été formulée par Diarmuid McIntyre, fondateur du HearSay International Audio Arts Festival partenaire de cette édition. C’est sur celle-ci que s’ouvre cette séance du vendredi 7 février, qui s’était donnée pour mission d’explorer quelque-uns des territoires sonores construits par les trois invité.e.s présent.e.s pour l’occasion : Mark Vernon, Paula Carroll et Emily Knight. 

Elles et ils explorent de manière très différente le field recording, et ce qu’un enregistreur peut livrer des espaces qu’il arpente à nos côtés. Mais il y sera surtout question du a posteriori : une affaire d’écoute et de projection mentale, nous rappelant une nouvelle fois que le pouvoir du son est bien d’être la plus exquise des stimulations pour l’imaginaire.

A la traduction simultanée : Natacha de Kergorlay, Joséphine Matsaeff. 

Remerciements à Loïc Le Cam pour sa traduction du texte rédigé par Diarmuid pour le catalogue du festival.

© Photo : Sébastien Durand